LE PROGRAMME REGIONAL D’ECONOMIE DE L’EAU D’IRRIGATION DOUKKA-ABDA EST PROMETTEUR

h16 Irrigation par aspersion

 

Par: Azzeddine Hnyen

La région Doukkala- Abda comporte une  superficie agricole utile (SAU) de 1,06 millions d’hectares et un périmètre irrigué de 114.650 ha (11% de la SAU). Elle contribue, d’une manière substantielle, à la production agricole nationale par 38% au niveau de la Betterave à Sucre, 38 % pour les carpes, 22 % pour la production laitière, 20% pour le Cumin,  17 % pour les légumineuses, 14 % pour les céréales, 13% pour la vigne et 12% pour la viande.

Le Plan Maroc Vert, décliné au niveau de la région en Plan Agricole Régional, prévoit un développement de l’activité agricole dans la région à travers l’amélioration de la production agricole des principales filières végétales et animales et  l’organisation des producteurs et des circuits de commercialisation.  L’amélioration et la modernisation des systèmes d’irrigation constituent un axe transversal du Plan Agricole Régionale de Doukkala-Abda à travers l’introduction de l’irrigation localisée au niveau de la région dans le cadre du Programme National d’Economie d’Eau en Irrigation (PNEEI), qui constitue l’ossature du Plan Maroc Vert  (PMV).

Programme Régional d’Economie d’Eau en Irrigation (PNEEI)

Le programme de reconversion des systèmes d’irrigation de la région Doukkala-Abda (gravitaire et aspersif), en système d’irrigation localisée qui s’inscrit au titre du Programme National d’Economie d’Eau en Irrigation (PNEEI), concerne une superficie totale de 89.700 ha répartie en 39.500 ha réservés à la reconversion collective (dont la réalisation incombe à l’Etat à travers la mise en place d’équipements externes), et 50.200 ha à la reconversion individuelle (dont la réalisation est confiée aux agriculteurs moyennant un accompagnement de financement à travers les subventions du Fond de Développement Agricole – FDA). Ce programme est étalé sur une période de 15 ans allant de 2008 à 2023 pour un coût global de 5.300 millions de dhs.

Une première tranche de 10.700 ha a été lancée en 2011 au titre de la reconversion collective dans le cadre d’un financement de la Banque mondiale (7.380 ha au titre du Projet de modernisation de l’agriculture irriguée dans les périmètres relevant du Bassin de l’Oum Erbiaa) et la Banque africaine de développement (3.336 ha au titre du Projet d’appui au PNEEI). Le coût total de cette première tranche en cours d’exécution s’élève à 795 millions de dhs (395 millions dhs pour les équipements externes et 400 millions dhs pour les équipements internes financés dans le cadre des subventions allouées par le  Fond de Développement Agricole).

Les objectifs et la consistance

L’objectif de développement du projet est, pour les agriculteurs participant au projet, d’augmenter la productivité et de promouvoir une plus grande durabilité de l’utilisation de l’eau d’irrigation en vue de surmonter les déficits d’eau actuels et futurs. Le recours au goutte à goutte s’impose pour faire face à la raréfaction des ressources hydriques qui constitue un réel obstacle à l’activité agricole.

L’incitation à l’économie de l’eau constitue un levier déterminant pour concrétiser les objectifs d’amélioration de l’efficience de l’irrigation dans la  région de Doukkala-Abda à travers la modernisation des systèmes d’irrigation et de la technicité des agriculteurs. L’opération de reconversion des systèmes d’irrigation par aspersion et gravitaire en goutte à goutte, prévue par le PNEEI au niveau régional, vise notamment l’amélioration des revenus des petits agriculteurs de la région à travers l’amélioration de l’intensification et de la productivité agricole ainsi que la contribution à la création  de l’emploi de la main d’œuvre rurale.  Le projet de reconversion des systèmes d’irrigation en goutte à goutte contribue aussi à la protection de l’environnement et permet une amélioration du niveau de vie des agriculteurs et des femmes rurales.

Le projet comprend trois composantes. L’amélioration du service de l’eau d’irrigation en vue d’assurer aux agriculteurs un service répondants aux exigences de l’irrigation localisée à travers la construction ou l’adaptation de réseaux de conduites sous pression, la mise en place de prises d’irrigation individuelles équipées de compteurs d’eau, d’organes de régulation et de matériels de filtration secondaire pour assurer la fourniture de l’eau à la demande avec quota annuel, l’appui aux agriculteurs pour un meilleur accès à la technologie, au financement et aux marchés à travers la promotion du processus de l’agrégation et le renforcement des capacités techniques et de gestion des agriculteurs et l’appui aux agences d’exécution pour la gestion et le suivi du projet.

Les résultats escomptés et impacts du projet

Parmi les impacts de la première tranche du projet, à court et à moyen termes, il y a lieu de citer la technique d’irrigation de goutte à goutte adoptée  dans la région Doukkala-Abda. Elle constitue un choix judicieux, apprécié à l’aune des objectifs assignés à ce système qui ambitionne l’amélioration de l’efficience de l’irrigation de 50 à 90 %. Le projet va permettre la réalisation d’une valeur ajoutée additionnelle nette de 160 millions de dhs par an à savoir la contribution de la protection de l’environnement et à l’amélioration du niveau de vie des agriculteurs et leurs familles y compris les femmes rurales ainsi que la reconversion en irrigation localisée qui vise aussi une meilleure valorisation et une économie de l’eau d’irrigation et l’amélioration du service de l’eau rendu aux usagers, l’amélioration des revenus des agriculteurs bénéficiaires et un accompagnement des agriculteurs dans le projet permettant un meilleur accès aux technologies, aux financements et aux marchés à travers des contrats de partenariat visant, entre autres, le renforcement des capacités techniques et de gestion des agriculteurs. Le tout pour une meilleure maîtrise de l’irrigation et une valorisation des eaux d’irrigation. Elle permet, enfin, une meilleure intensification, une augmentation de la productivité agricole et une réduction des charges de l’irrigation et des intrants à travers l’utilisation économe de l’irrigation goutte à goutte et la fertigation.

 

 

 

 

 

Related posts

Leave a Comment