cp

    Toutes les forteresses portugaises construites au XVIe siècle possédaient une porte secrète, nommée porta da treição, qui signifie porte de la trahison. C’est une issue «plus ou moins dérobé qui permettait d’entrer et de sortir sans avoir à ouvrir les portes principales.» [1]

La situation de la porte de la trahison de la forteresse de Mazagan avait soulevé depuis des années un grand débat; plusieurs personnes soutiennent la thèse de Robert Ricard qui la situe sur la façade latérale Est orientée vers Azemmour, c’est à dire, entre le bastion St. Esprit et le bastion de l’Ange. R. Ricard donne comme argument que « c’était le seul  côté de Mazagan qui communiquait directement avec la terre, sans fossé susceptible d’être rempli d’eau» [2].

cp1 cp2

Fig. 1 et 2 – L’état actuel (2017) des façades de la porte de la trahison

 En se référant à la lettre de l’ingénieur et Chef des travaux, João de Castilho (Juan do Castyllo), adressée au Roi João III, le 18 juillet 1542, faisant état de l’avancement des travaux de construction des bastions et muraille de Mazagan,  on note que le paragraphe réservé à la description du bastion orienté vers  Tite (nom ancien de la Cité Moulay Abdellah), et qui correspond au bastion qui porte jusqu’à nos jours le nom Saint Antoine (Santo Antonio), nous donne des informations précises sur cette porte que l’Architecte portugais João de Castilho , désigna dans sa lettre, une fois sous porta da Trayçã et une autre fois sous porta da Trayçãm. [3]

cp3 cp5

Fig. 3- Extrait de la lettre de Juan do Castyllo au Roi portugais Jean III- le 28 juillet 1542

Située dans la gorge qui rattache le bastion St. Antoine à la muraille de la façade latérale ouest, la porte de la trahison a gardé jusqu’à nos jours son aspect, elle s’ouvre dans la forteresse sur la rue qui mène au palais du gouverneur (rua d’arco) et sur un couloir qui mène au souterrain du bastion Saint Antoine  où se trouvaient des bassins d’eau et une chapelle (Ermida de Nossa Senhora da Penha de França [4] ).

cp6

 Fig. 4- Une vue de la forteresse du côté Ouest. 1: porte de la trahison- 2: place de l’ancien fossé remblayé – 3: puits qui alimentait la forteresse en eau- 4: palais du gouverneur. 

cp7

 La porte de la trahison était toujours surveillée du haut d’une tour, et protégée par des canons placés dans des embrasures; deux canons derrière le parapet sur le toit du bastion et deux canons dans la casemate du bastion au niveau de l’eau du fossé.  

             Fig.5- Porte de la trahison protégée par une tour est des canonnières.

La porte de la trahison permettait aux portugais la communication avec l’extérieur où il se trouvait le puits qui alimentait la forteresse en eau. Ce puits relié à une canalisation en pierre possédait probablement une noria qu’il fallait contrôler. La demi lune qui protégeait le fossé devant le bastion du Saint Antoine s’appelait demi-lune de la Bomba. 

Fig. 6- Extrait du plan d’Anrique Correa da Silva (1602)

¤ Baluarte St. Jorge sur le plan d’Anrique Correa da Silva correspond au bastion qui portera après le nom de St. Pedro puis Santo Antonio (St. Antoine).

Bibliographie.

[1]- La ‘’porte de la trahison’’ Robert Ricard : sens et origine de l’expression. 1848- pp.472-474

[2]- Etudes hispano-africaines ; Robert Ricard Instituto General Franco de Estudios e Investicacion Hispano-Arabe. 1956. P .218. et .- Recherches sur la ‘’porte de la trahison’’ dans les fortifications hispaniques. (au Portugal, en Espagne et en Afrique du Nord).

[3] Sources inédites de l’histoire du Maroc- Robert Ricard- Ed. Pierre Cenival- Tome IV. pp. 73-74.

[4]- Memorias para a historia da Praça de Mazagam. Luiz Maria do Couto. Lisbon 

j.derif

derifjilali@hotmail.com

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/cp.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/cp.jpg?resize=150%2C150adminsRadar Sur El Jadida    Toutes les forteresses portugaises construites au XVIe siècle possédaient une porte secrète, nommée porta da treição, qui signifie porte de la trahison. C’est une issue «plus ou moins dérobé qui permettait d’entrer et de sortir sans avoir à ouvrir les portes principales.»  La situation de la porte de la...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires