Par: Mohammed Beddari    beddari1
Je me souviens, dans les années soixante-dix, avoir vu un film intitulé : nous nous sommes tant aimés. C’est un film, dont je ne me rappelle plus le nom de son metteur en scène,tout ce qui reste dans ma mémoire un peu érodée par l’âge, deux choses.
Primo:C’est un film qui entre dans le cadre du réalisme cinématographique italien,incarné par l’illustre De Sicca et compagnie.
Secundo: une phrase échangée en pleine conversation dans le film et demeure ancrée dans mon esprit: ‘ on croyait changer le monde, mais, c’est le monde qui nous a changé »

jdi.centre87

Est ce que cela, ne s’applique pas à nous,lorsqu’on était étudiants et qu’au sein, de notre organisation estudiantine, l’UNEM,on se croyait capables d’instaurer une société égalitaire,ou du moins,à pousser le Makhzen à changer son orientation politique et sociale.

Mais, une fois qu’on est entré dans la vie professionnelle,et changé de statut familial,nos aspirations nous paraissent aujourd’hui comme des histoires à dormir debout. Même les irréductibles dirigeants de l’UNEM ont pris un autre parcours, et certains d’entre eux, ont même préféré exercer des fonctions suprêmes, au sein du Makhzen qu’ils avaient combattu autrefois.

Si on projette cette fameuse phrase à la vie actuelle, on remarque que les critiques qui affluent de toute part contre le PJD, et bien que je ne partage pas les idées de ce parti, je crois réellement que leurs dirigeants étaient sincères, lorsqu’ils promettaient aux Marocains de les conduire à un Maroc meilleur, mais,au lieu d’adapter l’Etat à leur projet politique et social, c’est ce dernier qui les a pliés à ses exigences.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/jdi.centre87.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/jdi.centre87.jpg?resize=150%2C150adminsDiversPar: Mohammed Beddari     Je me souviens, dans les années soixante-dix, avoir vu un film intitulé : nous nous sommes tant aimés. C'est un film, dont je ne me rappelle plus le nom de son metteur en scène,tout ce qui reste dans ma mémoire un peu érodée par l'âge,...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires