Le dernier voyage de Louisa et de Maren : un voyage au bout de l’enfer

danor

Par: Khadija Choukaili

Elles étaient belles et pleines de vitalité. L’une était Danoise Louisa Vesterager Jespersen et l’autre Norvégienne Maren Ueland. Elles aimaient la nature et le plein air. Deux jeunes femmes dynamiques, aimant croquer la vie à pleine dents. Elles auraient choisi de célébrer les fêtes de Noël et de fin d’année dans un dépaysement total, dans un pays magique, dans une ville magique, dans un site magique qui aurait pu leur offrir quelque chose d’exceptionnel, de féerique.

En choisissant le mont de Toubkal, elles rêvaient certainement de sensations fortes. Elles avaient pris leurs précautions et les mesures de sécurité qu’elles avaient l’habitude de prendre dans de tels voyages. Mais sans compter que la nature n’était pas leur ennemi, et que l’ennemi ne pouvait être autre que « l’humain ».

En plantant leur tente, elles ne se doutaient pas qu’elles creusaient en même temps leur tombe. Elles ne se souciaient guère que leur descente en enfer allait commencer. Et leur voyage de découverte de la nature dans un coin si paisible s’est transformé en voyage au bout de l’horreur, un voyage au bout de l’enfer.

Elles étaient loin de s’imaginer qu’elles avaient pour voisins les diables en personne. Des monstres assoiffés de sang comme dans les pires scènes d’horreur qu’on zappe par intolérance à la violence. Sauf que zapper était impossible, car c’était bel et bien leur atroce réalité.

En femmes courageuses et habituées aux randonnées, elles ont dû combattre leurs bourreaux en essayant d’affronter leur démence. Mais la bataille était perdue d’avance car elles ne combattaient pas à armes égales.

Elles sont mortes, certes, d’une mort atroce, à la fleur de l’âge. Mais elles sont mortes en martyre, la tête haute, en laissant à leurs abominables bourreaux un arrière-goût de lâcheté, un goût amer de ne pas avoir eu le courage d’affronter des hommes à armes égales, des hommes aussi assoiffés de sang qu’eux.

Le peuple marocain est sous le choc, attristé et endeuillé par ce double meurtre commis avec une telle barbarie.

Aujourd’hui, nous n’avons que nos larmes pour pleurer ces jeunes martyres. Elles regagnent en ce jour leurs pays, plus tôt que prévu et au grand malheur de tous ceux qui les ont côtoyées et aimées, pas le sourire aux lèvres, pas en criant de joie en retrouvant leurs proches venus les accueillir à leur arrivée à l’aéroport, mais les pieds devant et dans un cercueil qui témoigne de toute l’horreur qu’elles ont vécue en expirant leur dernier souffle.

Un avion transportant leurs corps a décollé en ce vendredi de Casablanca à 12h15 (11h15 GMT) à destination de Copenhague, pour les conduire à leur dernière demeure.

Leur voyage a pris fin. Leur voyage a été un réel voyage au bout de l’enfer, et il a, malheureusement, été leur dernier voyage.

Reposez en paix douces Louisa et Maren. Anges vous avez été en ce bas monde et en anges vous serez accueillies au paradis.

Related posts

One Thought to “Le dernier voyage de Louisa et de Maren : un voyage au bout de l’enfer”

  1. yves

    toutes mes condoléances aux Familles
    quelles reposent en paix
    yves le mazaganais

Leave a Comment