16

Attentat à la Casa Espagna

En ce maudit soir du 16 mai 2003 à Casablanca, une soirée de grande effervescence comme à l’accoutumée. Une soirée que la plupart essayaient de transformer en un moment de détente bien méritée,après une longue journée à courir entre boulot, courses ménagères ou ramassage de leur progéniture aux écoles. Une journée routinière pour ces casablancais qui projetaient, tant bien que mal, de se détendre lors d’une soirée où chacun profitait d’une fin de journée printanière comme il pouvait. Une soirée tout à fait ordinaire, jusqu’à ce que les mains criminelles des terroristes la transforment en enfer. En l’espace de quelques instants, ces endroits qui jubilaient au rythme de la musique, ont commencé à voir l’horreur au rythme des sirènes des ambulances et des estafettes de police. En quelques secondes, les casablancais ont vu leur réalité se transformer en un cauchemar digne des films d’horreur qu’ils n’avaient l’habitude de voir qu’à travers un écran.

Le bilan était lourd, 45 victimes. En quelques instants plusieurs familles se sont retrouvées en deuil.

Cette attaque était menée par des jeunes issus du bidonville de Sidi Moumen,âgés de 20 à 23 ans. Ces 14 jeunes Casablancais ont inscrit le nom de leur quartier dans l’histoire, mais malheureusement, de la manière la plus sombre.

La question qu’il était légitime de se poser c’est : « cet acte barbare a-t-il réussi à réveiller les consciences ? »

En effet, malgré l’atrocité et la barbarie de l’acte, et avec le recul, on est en mesure de constater que, quelque part, il a constitué un déclic, qui a déclenché une prise de conscience et une réflexion sur l’orientation des jeunes, leur occupation et leur assistance pour le développement de leur créativité.

Il faut dire que le vide qui existait a enfin pu être comblé. En effet, et pour un épanouissement équilibré de la jeunesse marocaine, l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) a vu le jour et a permis la construction de centres sociaux, sportifs et culturels de proximité, ayant pour objectifs de développer la créativité des jeunes ainsi que leursentiment de citoyenneté.

C’est ainsi que la province d’El Jadida, et dans le cadre de cette initiative,a vu la réalisation de 208 projets pour un montant global de plus de 130.479.420 Dirhams depuis 2005, selon des statistiques fournies par le ministère des Transports et de l’Equipement.

Ces projets, réalisés au bénéfice de 142.539 personnes, ont tous eu pour objectif de lutter contre la précarité, et ont principalement été axés sur la mise à niveau des secteurs socioculturels, notamment le transport scolaire dans le milieu rural, l’accès à l’eau potable, la construction des maisons Dar Talib et des établissements scolaires. Ils ont également visé la création des coopératives pour les activités génératrices de revenu au niveau de la province.

On est en mesure, aujourd’hui, de se féliciter de ces réalisations. Mais est-ce suffisant ? Pour une population avoisinant les 200 000 habitants, composée majoritairement de jeunes, on ne peut espérer qu’un meilleur avenir pour nos hommes de demain. Encore faut-il trouver les compétences capables de faire avancer les choses comme on le souhaiterait pour cette cité magique.

116

La victime jdidie de cet attentat barbare: Feu Abdelkrim Moundib

Par: Khadija Choukaili

 

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/05/116.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/05/116.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionAttentat à la Casa Espagna En ce maudit soir du 16 mai 2003 à Casablanca, une soirée de grande effervescence comme à l’accoutumée. Une soirée que la plupart essayaient de transformer en un moment de détente bien méritée,après une longue journée à courir entre boulot, courses ménagères ou ramassage de...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires