Par: Alain  Degans     degans2
Une artiste peintre un peu différente, un professeur de médecine qui, après avoir soigné le corps, soigne l’esprit… ainsi Saïd Alibou, le responsable culturel de l’Institut français d’El Jadida, présenta-t-il Laïla Iraki.
En entrant dans la galerie d’art Abdelkébir El Khatibi jouxtant la citerne portugais, on est intrigué par l’exposition « Regard perçant » : des toiles représentant des femmes dont un oeil est démesurément ouvert en direction du public, la chevelure longue et lâche cachant le deuxième… Certaines oeuvres représentent outre la femme borgne un perroquet lisant un verset du saint Coran.
L’artiste donna son explication et tout s’éclaira dans l’esprit du public. Laïla Iraki est une femme militante et l’oeil démesurément ouvert est un appel en direction de toutes les femmes marocaines, les enjoignant à la vigilance : ne vous laissez pas voler vos droits ! Elle défend une certaine idée de l’Islam, « un Islam de tolérance et non celui prôné par les autres »…
Le perroquet représente justement les autres, ceux qui s’attachent à un Islam dogmatique, ceux qui ânonnent les versets sans en analyser la signification…
Voilà donc qu’au Maroc aussi des femmes se dressent contre des principes qui tendent à la soumission de celles-ci. Laïla Iraki est de celles-là.
Une exposition à voir jusqu’au 14 avril…
http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/alli.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/alli.jpg?resize=150%2C150adminsArt & CulturePar: Alain  Degans      Une artiste peintre un peu différente, un professeur de médecine qui, après avoir soigné le corps, soigne l'esprit... ainsi Saïd Alibou, le responsable culturel de l'Institut français d'El Jadida, présenta-t-il Laïla Iraki. En entrant dans la galerie d'art Abdelkébir El Khatibi jouxtant la citerne portugais, on...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires