jdi-najib56

Route de Marrakech, Ex-Lheria (caravanes sérails)  et actuelle avenue Mohammed V.

Par: Najib Idrissi.

Durant des décennies, la ville de Mazagan était le plus important  marché d’œufs du Maroc.

Au début du 20 siècle, Mazagan drainait, outre les œufs des Doukkala,  ceux provenant d’autres contrées, vu le développement d’un marché importateur,  eu égard au rôle d’ouverture et de porte océane joué par le port à l’époque.

La qualité des œufs de la région y est pour quelque chose. Elle  en produisait de manière continue, indépendamment de l’impact des conditions climatiques sur la pondaison et bien entendu, les prix qui étaient plus attractifs dans cette région, que dans d’autres.

Le marché est très actif en automne. Les lecteurs actuellement qui se connaissent en agriculture le comprendront  aisément. C’est à ce moment là que les poules pondent le plus et que les petits paysans ont besoins de leurs sous pour entamer  l’année agricole et l’achat de semences et autres frais connexes.

Goulven, dans son ouvrage « Le cercle des Doukkala au point de vue économique, édition Emile La Rose, 1917 a évoqué la production des Doukkala en œufs  jusqu’à 50 Millions d’unités dont près de 18 Millions.

Des rabatteurs musulmans et israélites attendent les paysans aux différentes  portes de la ville et les orientent vers des Fondouks (caravanes sérails) sur  l’ex-route de Marrakech où les prix sont négociés en fonction du calibre, de la qualité vérifiée auparavant et des prix du marché du moment.

Par la suite, l’opération de tri par calibre commence et la pose dans des caisses rectangulaires qui peuvent contenir  jusqu’à 1440 œufs par caisse prêtes pour l’export en toute sécurité, par voie navale.

Lors des années d’abondance, le port en exportait jusqu’à 18 Millions œufs, qui finissaient dans les plats des européens (et bio selon les normes actuelles.)

Après le recul de l’activité du port de Mazagan et l’émergence du port de Casablanca, certaines familles jdidies- Doukkalie, actives dans le commerce des œufs à l’export  pendant cette période ont purement et simplement suivi le mouvement et se sont installées à Casablanca pour continuer leur négoce.

Par ailleurs, il faut préciser que l’Europe n’importait pas que  des œufs, mais bien d’autres produits, tel que le blé, l’orge, le maïs, la cire, le cumin, les féculents, le fenugrec, les peaux d’animaux, les animaux vivants, et  la laine pour l’industrie textile en pleine expansion en Europe, notamment à Manchester …

Tous ces produits, l’Europe en manquait cruellement, du fait du premier conflit  mondial et même bien avant, étant donné les conséquences de la guerre de Crimée, grenier de l’Europe.

Les pays importateurs étaient principalement  l’Angleterre, la France, Malte, l’Espagne et Gibraltar.

Un pan de l’histoire de cette ville et du Maroc qui n’est malheureusement pas assez connu.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/jdi.najib56.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/jdi.najib56.jpg?resize=150%2C150adminsSociétéRoute de Marrakech, Ex-Lheria (caravanes sérails)  et actuelle avenue Mohammed V. Par: Najib Idrissi. Durant des décennies, la ville de Mazagan était le plus important  marché d’œufs du Maroc. Au début du 20 siècle, Mazagan drainait, outre les œufs des Doukkala,  ceux provenant d'autres contrées, vu le développement d'un marché importateur,  eu...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires