femmes56

Par: Khadija Choukaili

Qui d’entre nous, femmes, n’a pas cru, en 2002, que la bataille pour la discrimination du genre était gagnée. Quand ce principe fut officiellement admis, toutes les femmes militantes ont cru en une certaine équité qui allait consacrer, de fait,un quota de 10%, permettant l’accès significatif des femmes marocaines à la Chambre des représentants.L’atout principal de la commission nationale des femmes résidait dans sa capacité à transcender les femmes.tclivages politiques.

Toutes les représentantes des partis politiques, qu’elles soient de gauche, de droite ou du centre, avaient mis de côté leur condition partisane pour se concentrer sur le seul objectif commun,d’assurer à la femme une meilleure présence dans les instances de décision.

Cependant, on en attendait un réel impact sur la place qu’occuperait la femme sur le plan politique.Le processus engagé par les militantes de la cause féminine en 2002 n’a pas été un succès total, du fait qu’il persistait tant de frustrations et de déceptions.Le fait est que ce problème se résume en deux mots « être femme ». Il faut appeler les choses par leur nom et se rendre à l’évidence que la femme reste, malheureusement, oppressée et ses efforts non reconnus.

femmes.8marsLes exemples de la marginalisation de la femme dans la politique marocaine ne manquent pas. Et les dispositions constitutionnelles qui mettent en exergue l’égalité des genres comme le stipule Article 19 de la Constitution, sont vite bafouées, dès lors qu’il s’agit d’un homme hautement recommandé.

Pourtant les femmes ayant marqué de leur empreinte l’histoire du Maroc ou qui se sont distinguées par leurs exploits sont nombreuses. On peut citer parmi elles, à titre d’exemple, Fatima Al Fihriya, qui est originaire de Kairouan en Tunisie, et qui s’est installée à Fès avec sa famille dès l’âge de 9 ans. Sa fortune, héritée de son père, lui servit à construire la plus ancienne université au monde encore en activité: Al-Qarawiyyin. Ou encore Malika Fassi, née en 1919 à Fès au sein d’une famille lettrée et qui fut la seule femme signataire du Manifeste de l’indépendance le 11 janvier 19femmes2244. C’est dire aussi l’engagement politique des certaines femmes de l’époque.Et comment ne pas évoquer le fulgurant parcours de Touria Chaoui ? Première femme au Maroc à piloter un avion, dans le ciel marocain, avec un brevet obtenu en 1951. Elle fut également une figure du nationalisme et du féminisme naissant dans les années cinquante.Sans oublier Asmae Boujibar,qui fut la première femme marocaine à intégrer la NASA.

Apparemment, la politique marocaine  ne se conjugue que très rarement au féminin, bien que la femme se soit distinguée à travers maintes figures emblématiques et qu’elle ait prouvée ses compétences aussi bien dans le militantisme que dans d’autres domaines.

femmess

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/03/femme.hrira_.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/03/femme.hrira_.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionPar: Khadija Choukaili Qui d’entre nous, femmes, n’a pas cru, en 2002, que la bataille pour la discrimination du genre était gagnée. Quand ce principe fut officiellement admis, toutes les femmes militantes ont cru en une certaine équité qui allait consacrer, de fait,un quota de 10%, permettant l’accès significatif des...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires