neggafa

Par: Khadija Benerhziel

Notre culture et nos traditions marocaines se caractérisent par leur richesse et leur authenticité et sont le creuset de plusieurs pratiques sociales, de rituels et d’événements festifs ainsi que de certains métiers qui ont transcendé le temps et l’espace.

Il en est ainsi du métier de Neggafa qui est un exemple parmi tant d’autres.

Negafa, Zyana, Machta… plusieurs appellations suivant les régions et qui désignent cette figure emblématique  et incontournable du mariage  marocain qui orchestre cet événement et tous les préparatifs y afférents, et qui a survécu à la modernité .

Le mot Neggafa trouve son origine dans le terme Tanguift , qui signifie le cortège qui accompagne la mariée Amazighe à  la maison de son époux dans la région du Souss.

le métier s’est développé par la suite dans la ville de Fès où  souvent la Neggafa faisait partie de l’entourage familial de la mariée.

En général , c’était une femme d’un certain âge qui s’occupait de tous les préparatifs du mariage, depuis le choix des tenues, des bijoux, du henné , du maquillage, jusqu’à l’habillage de la mariée pendant le jour J.

Plus tard et en raison des difficultés financières  auxquelles étaient confrontées les familles, ces dernières ont eu l’idée de louer des caftans, des bijoux, des accessoires  et tout le matériel dont elles avaient besoin  pour la cérémonie du mariage.

Solution qui s’avérait plus avantageuse que lneggafa4‘achat.

Ainsi donc, la Neggafa est devenue la figure indispensable dans toutes les cérémonies de mariage. Elle en est l’organisatrice,  l’habilleuse de la mariée, la garante scrupuleuse des traditions et des rites nuptiaux et peut aussi faire office de marieuse en observant les jeunes filles qui viennent assister aux fêtes de mariage,  tout comme le fait  la Tayyaba du hammam Beldi.

Le métier de Neggafa s’apprend soit de mère en fille, soit chez une Maâlma plus expérimentée.

Il a aussi évolué avec le temps dans la mesure où l’on voit de plus en plus des neggafa 1Neggafas très jeunes, souvent plus jeunes que les mariées dont elles se chargent.

Il s’est adapté par ailleurs à  l’évolution des nouvelles technologies de communication et à celle de la mode. La Neggafa moderne utilise de plus en plus l’Internet pour se faire connaître et suit les défilés des caftans pour être toujours à jour et satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante.

Une Neggafa confirmée ( Maâlma) emploie avec elle au moins trois à quatre autres femmes qui s’occupent de l’essentiel de l’apprêtation de la mariée, alors que son rôle à elle consiste à  superviser en coulisse tout le travail,  à donner des ordres ou des conseils et à intervenir pour les retouches finales.

Avec le temps , l’expérience, et l’acquisition de suffisamment de bijoux et d’étoffes, ces aides Neggafates s’élancent à leur tour dans le métier.

Le fait d’acquérir un certain nombre de bijoux et de tissus ou Tkachattes s’appelle le M’jer (ou tiroir ).

Ce dernier constitue le fonds de commerce de la Neggafa dont la valeur varie selon que les bijoux   sont en or véritable ou en argent doré.

Plus le nombre des M’jer  (ou M’joura ) est élevé, plus la Neggafa est cotée sur le marché.

neggafa3Plusieurs mois avant le mariage, la famille de la mariée contacte la Neggaffa pour préparer les différentes Lebssates ( tenues)  que la jeune mariée va porter pendant la plus belle journée de sa vie.

Il s’agit en effet de choisir sept tenues qui seront portées par la princesse d’un soir, et qui vont du caftan vert ou doré porté lors de la cérémonie du henné, la tenue blanche pour l’ouverture du « bal », la Takchita Fassya, qui peut être blanche, dorée  rouge ou verte, puis la R’batia qui est en général d’un beau bleu, ensuite la tenue Sahraouia, suivie par celle du Souss, qui est une robe traditionnelle décorée de motifs et de bijoux berbères. La tenue Chamalyia est aussi présente parmi ces différentes tenues, sans oublier le fameux sari indien, ainsi que la robe blanche qui clôt la cérémonie du mariage, et qui est portée  pendant la découpe de la pièce montée .

Bien sûr, toutes ces robes sont accompagnées des bijoux et des accessoires assortis.

La Neggafa vérifie minutieusement tous les détails , veille à ce que les plis des différentes tenues tombent impeccablement pour les prises des photos, dirige tous les gestes de la mariée , et  orchestre les moindres détails de la fête.

Elle ne quitte la fête que lorsque la future épouse a bien savouré sa nuit digne des 1001 nuits.

Il faut dire que la réussite de cette nuit est aussi une publicité pour la Neggafa.

Aujourd’hui, ce métier est  devenu lucratif, quand on sait que les prestations peuvent dépasser les 30.000 DH,  la tarification dépendant toutefois de la qualité du matériel loué, mais aussi de la saison.

NEGGAFATE

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/10/neggafa.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/10/neggafa.jpg?resize=150%2C150adminsArrêt Sur ImagePar: Khadija Benerhziel Notre culture et nos traditions marocaines se caractérisent par leur richesse et leur authenticité et sont le creuset de plusieurs pratiques sociales, de rituels et d'événements festifs ainsi que de certains métiers qui ont transcendé le temps et l'espace. Il en est ainsi du métier de Neggafa qui...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires