La fauconnerie d’El Jadida représente le Maroc au Musée de l’Orient à Lisbonne

Par :Chahid Ahmed

« L’art de la fauconnerie de l’Orient à l’Occident » est le thème de l’exposition qui a été inaugurée le jeudi 19 Novembre au prestigieux Musée de l’Orient à Lisbonne, avec la participation du Maroc, unique pays africain et magrébin ayant répondu présent à l’appel de cet événement qui honore l’une des plus anciennes et des plus nobles chasse au vol.

Fauconnerie_El-Jadida_G1

Cette manifestation culturelle qui se poursuivra jusqu’au 06 Mars 2016 et qui a été organisée à l’occasion de la journée mondiale de la fauconnerie (16 Novembre), aspire à retracer l’histoire de cette pratique dont les origines, quoique toujours sujettes à controverses, sont conventuellement attribuées à l’Asie pour s’étendre vers d’autres horizons à travers l’Europe et les pays sud Méditerranéens.

Selon la Fondation du musée de l’Orient, l’exposition en question aura à regrouper quelque 180 objets et œuvres d’art notamment des toiles, des gravures, des sculptures, des outils et équipements utilisés par les fauconniers lors de leurs fauconnattrayantes randonnées de chasse, dont certains sont exposés pour la première fois au public.

A cette occasion, l’Ambassadeur du Maroc à Lisbonne, Karima Benyaich, s’est félicitée de la participation du royaume à cet événement culturel dédié à la fauconnerie, cette tradition ancestrale fauconn1dont seuls les fauconniers Lekouassem de la Province d’El Jadida en détiennent les secrets et les subtilités et qui représente à la fois un patrimoine séculaire et un art de la culture marocaine ayant connu autrefois un véritable âge d’or.

Le Maroc est l’unique pays africain et maghrébin présent à cette exposition, ce qui constitue une occasion de faire connaître au public portugais la place importante qu’occupe la fauconnerie dans la culture marocaine depuis le XII siècle, mais aussi le rôle important que cette tradition a joué dans les échanges diplomatiques du Maroc avec les souverains fauconn2d’orient et d’occident, a indiqué Mme Benyaich en marge de cet événement.

Aussi, selon l’Ambassadeur du Maroc à Lisbonne, c’est grâce à la collaboration de l’Association chasse au vol des fauconniers lekouassem ouled frej d’El Jadida, que le Maroc a participé à cette manifestation culturelle avec des objets consacrés à la fauconnerie ainsi que des photos illustrant l’histoire de cet art dans le royaume. Une Association qui œuvre pour la préservation de l’art de la fauconnerie au Maroc.

Il faut dire qu’il aura fallu beaucoup de temps, une forte dose de patience et une conviction solidement accrochée de la part du président de l’association Mohammed El Ghazouani et ses compagnons de route pour raviver les ultimes braises qui avaient tendance à s’étouffer sous les cendres de l’histoire. M. El Ghazouani n’a pas fait que sauver les derniers gardiens de cet héritage séculaire, il a surtout semé les grains de l’espoir et donné beaucoup de lui-même pour que cette fauconnerie qui lui colle à la peau puisse de nos jours, trôner au centre des rencontres internationales les plus spécialisées que ce soit à Abu Dhabi (Lors de la 3ème édition de Festival International de la fauconnerie) qu’à Lisbonne où El Jadida a l’honneur de représenter notre pays. Et c’est là, tout le fruit d’un espoir semé avec amour et arrosé avec la détermination qu’il faut.

FAUCON.DERNIER

A rappeler aussi que l’Association a également participé à l’élaboration du dossier qui a servi de base à l’inscription de la Fauconnerie en tant que Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2012.

Il est toujours difficile de tracer ces parcours exceptionnels ayant hissé la fauconnerie locale au niveau des pays les plus réputés dans ce même domaine, sans rendre un vibrant hommage à M. Mouâad Jamaï, Gouverneur de la Province d’El Jadida, dont le coup de cœur pour ne pas dire son instinct de prospecteur averti, a FAUCON98servi de véritable catalyseur à tout un enchainement de processus ayant consolidé les assises de cet art de chasse noble. Que ce soit par son engagement personnel en créant « Le festival de la fauconnerie » qui vient de souffler sa troisième bougie que par le biais de ses encouragement et son soutien à nombres d’activités auxquelles s’adonne
l’Association à longueur d’année, cet homme d’autorité imbu de toutes les saveurs de l’Art, ne rate aucune occasion pour apporter un petit plus au développement à cette discipline de chasse à laquelle il semble s’attacher presque cordialement.

Reste à souligner que la pratique da la fauconnerie au Maroc est sérieusement balisé par la rigueur des lois qui régissent le secteur sous la veille des services du Haut commissariat des eaux et forêt et la lutte contre la désertification.

 fauc

 

 

 

 

Related posts

Leave a Comment