La dissolution du GUS (croatia) a-t- elle été une décision sage?

GUS1

Par :Azzedine Hnyen
Il y a quelques années, le GUS a été dissolu sans préavis. Une décision qui fut accueillie, à son époque, favorablement par la quasi- totalité de la population de la capitale doukkalie. Et pour cause ! Cette police de proximité, ou du moins faut-il préciser, certains de ses éléments n’avaient laissé guère de bons souvenirs. Confondant devoir et abus de pouvoir, ils avaient causé des malheurs, faut- il avouer, au sein des citoyens. Surtout auprès de certaines personnes s’adonnant à des activités commerciales et morales répréhensibles ou exigeant des autorisations spéciales. Même du côté du corps de la police, on estime que le GUS n’avait pas réalisé les objectifs pour lesquels il a été créé vu la futilité de la majorité des opérations réalisées. « Les opérations d’intervention sont très nombreuses, certes, mais sont toutes, pour ne pas dire, bénignes. Les vrais barons de la drogue et les dangereux criminels circulent toujours en toute impunité », avait reconnu, en son temps, un gradé de la police.
On ne peut nier ces constations. Bien pire. Ces mêmes policiers de proximité étaient devenus, paradoxalement, auteurs d’actes punis par la loi. C’est dire qu’ils étaient devenus, en un sens, des criminels. Les vendeurs de la drogue, les filles de joie, les propriétaires des débits de boisson alcoolisée et alcoolique devaient verser des sommes d’argent pour ne pas être inquiétés. Certains, faut- il le crier, étaient allés encore plus loin en devenant les protecteurs de prostituées et de vendeurs de drogue.
Ainsi, et sans essayer de développer plus longuement, la dissolution du GUS, d’après le constat déclaré ici, aurait été une sage décision. On avait évité, d’une part, à l’État une dépense faramineuse des deniers publics et, d’autre part, on avait mis un terme à un certain anarchisme et à des abus qui avaient commencé à régner au sein de ce corps et qui risquaient de contaminer sérieusement les autres services de la sûreté nationale.
Malheureusement, et depuis la dislocation du GUS, les actes de violence, d’agression et de vol ont connu, en un temps record, une courbe ascendante très rapide. La police, actuellement, fait de son mieux en procédant à des arrestations de plusieurs jeunes ne dépassant pas l’âge de 20 ans. Ce fait avait été reconnu officiellement par les hautes sphères du ministère de l’intérieur. Car ceci avait été constaté au niveau national.
Ainsi, l’on se demande si la dissolution du GUS a été, effectivement, une sage décision comme le pensent les gens.
On ne peut approuver une telle réaction, Car quelles que soient les causes ayant incité sa disparition, on ne pourrait accepter le départ, subitement, d’un corps sécuritaire pour lequel un budget excessif avait été consacré et qui, faut- il le dire, avait instauré une sécurité chez les citoyens et avait créé une certaine phobie chez les malfaiteurs de tout genre.
A notre sens, si ce corps avait connu un certain dérapage, de quelle nature qu’elle soit, on ne devrait, en aucun cas, lui coller sur le dos la faute. Mais bien à certains énergumènes de ses éléments qui n’y avaient nullement leur place.
Il aurait fallu penser à réviser le système qui le gérait et réfléchir, sérieusement, sur la nature des éléments qui le composaient. Ce qui avait, certainement, nui à cette police de proximité, c’est qu’au moment de sa constitution on ne s’était pas donné la peine de s’informer sur la conduite et le comportement des agents qui allaient le former. Ou on aurait tout simplement formé de nouveaux éléments tout en veillant sur la qualité de l’éducation morale à leur inculquer. Pour ce genre de police, il fallait, comme on dit chez nous, « Ouled Annass » et non des flics pourris ! L’existence d’une police proche des citoyens, en ces temps où l’insécurité règne dans tous les coins, est vitale et un droit dont on ne devrait pas les priver.
Et du moment que beaucoup d’efforts avaient été déployés et d’énormes investissements pécuniaires avaient été sacrifiés, il serait aberrant d’effacer comme ça subitement une action dont les objectifs sont tout de même nobles.

GUS

Related posts

Leave a Comment