hopital (2)

Le 07 avril est la journée mondiale de la Santé. Cette année, elle a été   célébrée  au Maroc sous le thème «Une couverture médicale universelle» mettant l’accent sur l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) et le Régime d’Assistance Médicale aux Economiquement Démunis (RAMED).

L’assurance maladie obligatoire (AMO) est fondée sur les principes et les techniques de l’assurance sociale au profit des personnes exerçant une activité lucrative, des titulaires de pension, des anciens résistants et membres de l’armée de libération et des étudiants.

Le Régime d’Assistance Médicale aux Economiquement Démunis (RAMED) est, quant à lui, fondé sur les principes de l’assistance sociale et de la solidarité nationale au profit de la population démunie. La loi 65-00 instituant ce code constitue le fondement de la protection sociale en matière de santé.

Le Régime d’Assurance Médicale pour les Economiquement Démunis (RAMED)

Caractéristiques du RAMED : Le Panier de soins

Le RAMED couvre les prestations médicalement requises incluant toutes les spécialités et tous les moyens de diagnostic à titre externe ou en hospitalisation y compris les évacuations sanitaires.

L’admission aux établissements de soins, a lieu au vu de la carte d’assistance médicale, du carnet de santé et du document qui réfère le patient, du centre de santé de rattachement, à la structure hospitalière la plus proche dans la filière de soins ».

La prise en charge totale ou partielle des prestations requises ne peut intervenir que pour les maladies ou blessures nécessitant une hospitalisation, des soins ou des examens pratiqués dans les hôpitaux publics, dans les établissements publics de Santé et dans les services sanitaires relevant de l’Etat.

 

Les sources de financement du RAMED

On entend par financement de la Santé, la façon dont les ressources financières sont générées, affectées et utilisées dans les systèmes de santé. Il est perçu en tant que mécanisme de collecte de ressources, mais également en tant que mécanisme redistributif de ces ressources. De ceci découlent les trois composantes du financement de la santé, à savoir :

 

La collecte des fonds qui doit se faire de manière équitable et rationnelle

La mise en commun des fonds qui se fait de sorte que les contributions soient regroupées de manière à ce que les dépenses de santé soient réparties entre tous les adhérents et non à la charge de chacun d’eux lorsqu’il se trouve en situation de maladie.

L’achat de services qui se fait par l’utilisation des contributions pour acheter ou fournir des prestations adaptées et efficaces.

Le montage financier :

Le financement du RAMED provient de trois sources :

–  La contribution de l’Etat s’élevant à 75%

Cette contribution se fait selon la procédure suivante :

Un transfert depuis le compte d’affectation spécial « fonds d’appui à la cohésion sociale » vers le budget général du Ministère de la santé, puis un deuxième transfert depuis ce dernier vers le compte d’affectation spécial « fonds spécial de la pharmacie centrale » ;

Des transferts depuis le compte d’affectation spécial « fonds d’appui à la cohésion sociale » vers les budgets des CHUs en remboursement de la dépense facturée ;

Un transfert depuis le compte d’affectation spécial « fonds d’appui à la cohésion sociale » vers le budget ANAM (production des cartes).

 

–   La contribution des communes d’un montant de 6% soit 40 dh par pauvre déclaré

Elle est due par les personnes reconnues en situation de vulnérabilité et est fixée à 120 dh par personne et par an, dans la limite d’un plafond de 600 dh par ménage. Les bénéficiaires procèdent au versement du montant de leur contribution au profit de l’ANAM à un compte spécifique ouvert auprès de la Trésorerie Générale du Royaume.

A la fin de chaque trimestre, l’ANAM doit procéder au virement de l’ensemble des contributions perçus au compte d’affectation spécial « fonds spécial de la pharmacie centrale ».

–  La contribution des bénéficiaires reconnus en situation de vulnérabilité 19%, soit 120 dh par vulnérable avec un plafond ne dépassant pas 600 dh par ménage

Elle constitue une participation à la prise en charge de la gratuité des soins au profit des personnes bénéficiaires en situation de pauvreté dans le ressort territorial de la collectivité locale concernée;

Elle est fixée à 40 dh par personne bénéficiaire et par an dans la limite de l’effectif des personnes reconnues en situation de pauvreté dans la commune concernée;

Les communes procèdent annuellement et avant le 31 mars de chaque année au virement de leur contribution au compte d’affectation spécial « fonds spécial de la pharmacie centrale » sur la base d’une situation établie par l’ANAM faisant ressortir l’estimation des personnes potentiellement éligibles au RAMED dans la catégorie des personnes en situation de pauvreté.

 

Une attention particulière doit être portée à l’égard de l’opportunité d’application du critère utilisé actuellement pour fixer la contribution des communes.

En effet, le versement de 40,00 dh au titre de chaque bénéficiaire déclaré en situation de pauvreté amène les collectivités les moins nanties à verser plus que celles disposant de ressources meilleures (la richesse d’une commune est inversement proportionnelle au nombre de pauvres relevant de son ressort territorial).

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/01/hopital-2.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/01/hopital-2.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionLe 07 avril est la journée mondiale de la Santé. Cette année, elle a été   célébrée  au Maroc sous le thème «Une couverture médicale universelle» mettant l’accent sur l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO) et le Régime d'Assistance Médicale aux Economiquement Démunis (RAMED). L’assurance maladie obligatoire (AMO) est fondée sur les principes...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires