« Je suis la Marianne »

 » Je suis la Marianne  » que cette franco-marocaine, originaire de Fès, a fait  le tour de France avec, a été montée pour parler des discriminations liées aux origines réelles ou supposées, faites aux personnes issues de l’immigration.

Par cette phrase  Rabiâ Mokhless Franoux  a voulu insinuer que toutes les femmes sont des Mariannes et qu’on n’est plus obligées d’être blondes aux yeux bleus, pour faire partie de la république française.

Cette franco-marocaine a baigné dans un pays où l’omniprésence de la Marianne, sur  les documents officiels, la monnaie, les timbres…  en fait l’allégorie de la nation… Mais, une allégorie imaginée selon des standards et  une époque données et qu’il est temps d’en reparler et d’en redéfinir aujourd’hui, une nouvelle qui soit plus représentative.

Et aujourd’hui quel en serait son visage si l’on devait représenter ce symbole à l’heure actuelle?

« Je voyais ces bustes et ces photos de cette femme de type européen, à la peau blanche, dans toutes les mairies, sauf dans une où elle était noire. J’ai alors questionné sur le pourquoi de cette Marianne noir, mais sans avoir de réponse.

– Cette femme me représente t- elle ?

– Symbolise t- elle mes valeurs d’égalité, liberté et fraternité ?

Malgré la mixité sociale qui a évolué, l’image de la Marianne n’a pas changé. Elle est représentée sous les traits d’une artiste, jamais d’un homme. Et dans ma galerie de 24 portraits, écrit dessus « égalité », je la voulais comme un clin d’œil à l’égalité homme femme d’aujourd’hui »

C’est ce genre de  questionnements, de raisonnements aussi et ces nouvelles perspectives et cette nouvelle façon de voir, qu’on relève  dans le travail, plus au moins engagé, de Rabiâ Moukhless Franoux.

Elle a photographié  23 femmes de toutes les origines culturelles et… 1 garçon !!!  Des citoyens lambda, âgés  de 7 à 77 ans et se voulant la nouvelle incarnation  de Toutes les Mariannes actuelles.

En effet, la Marianne est la représentation, à la fois de la nation et du Peuple et se doit donc  d’être issue de la population actuelle, à savoir  représenter toutes ses femmes,  de tous les âges,  de toutes les couleurs et de toutes les morphologies.

Pour l’artiste Rabiâ Moukhless Franoux, il faudra, qu’à travers les changements que connait la république, réinventer aussi les symboles. Et qu’à travers  la notion d’Egalité, favoriser la mixité des origines, le brassage ethnique et la lutte contre les inégalités et la discrimination.

Une exposition qui a cherché à percer le mystère de la Marianne, mais une exposition qui a été pleine de sens, de charme et de sensibilité.

Abdellah Hanbali

Related posts

Leave a Comment