Immatriculation des motos à El-Jadida, un véritable enfer sur terre

centre.co

eljadidascoop

Peu de gens ont fait attention à cette nouvelle loi  exigeant l’immatriculation de toutes les motos circulant au Maroc, à part les motards, eux même. Et pour cause, quand ce n’est pas leur moyen préféré pour circuler dans des villes de plus en plus encombrée, la moto est leur seul moyen pour se déplacer.

Mais entre des lois qui exigent et fixent des dates butoirs et le manque de professionnalisme des centres de contrôles des visites techniques, leurs aptitudes à recevoir ce flux de nouveaux clients, voire le manque d’intégrité de certains, il y a de quoi perdre son latin.

Alors que la compétence de ces centres se limite, vis-à-vis des motards, à vérifier la compatibilité entre  carte grise et moto, certains ont outrepassé, ce pourquoi on a fait appel à eux, pour se mettre à inventer des futilités et renvoyer des motocyclistes chercher tel ou tel autre papier, ou pièce…jusqu’à ce que vous comprenez… le pourquoi de ce jeu

On a souvent entendu ces derniers temps, certains motocyclistes racontant leurs mésaventures, entre amis, mais nous n’avons  prêté qu’une oreille distraite au phénomène, croyant que la vérité se situe sûrement, quelque part, entre le dit et le non dit.

Mais qu’elle fut notre étonnement, lorsqu’au début de cette semaine, nous avons accompagné un ami qui venait d’acheter un scooter flambant neuf, au centre voisin de l’usine Nestlé. Les deux personnes en place, surtout le barbu, se sont avérées incapables de faire le travail pour lequel ils sont sollicités. Et alors que le scooter est un 49 CC, ils l’identifient comme un 78 CC et conseillent à son propriétaire, qu’il va devoir passer un permis pour le conduire, tout en l’orientant vers le service des mines.

Ulcéré par tant de complications, notre ami passe toute une semaine à ne parler que de cela avec ses amis et à chercher conseil, jusqu’au jour où on lui conseilla de retourner voir son concessionnaire.

Ce dernier lui confirma, effectivement, que sa moto ne nécessite aucunement un permis, et décide de l’accompagner dans un autre centre, route de Marrakech, où l’affaire s’est réglée en cinq minutes.

Si chaque le passage de chaque moto dans ces centres, nécessite tout ce branle-bas pour l’obtention des plaques d’immatriculation, on comprendra parfaitement que les personnes intéressées, boycottent, et ces foutus centre  de « contrôles » et ces plaque d’immatriculation, jusqu’au jour où des professionnels et non de semi-analphabètes, soient placés dans chaque centre agrée par l’Etat, sous peine de les fermer.

Related posts

Leave a Comment