zou1

Par Driss Tahi

On a l’impression, après la première lecture de quelques poèmes de Habiba Zougui, choisis dans son recueil « les portes promises » , qu’il ne s’agit en fait que d’une seule porte, celle qui pourrait mener à la liberté, à la délivrance …d’une douleur, intense et profonde, qui turlupine le poète, un questionnement , que seuls les rêves échafaudes, et construits par son imaginaire , viennent calmer et adoucir … telle une thérapie, qui devient, une sorte de jeu, auquel se joint , et adhère à son tour le lecteur ,comme guidé , ou ensorcelé, jusqu’à y prendre un semblant de plaisir.

 

Tous les mots dont elle use , pour décrire , et pour essayer d’accéder à l’univers auquel elle aspire, afin d’assouvir cette soif qui la tiraille, mais qui ne l’empêche pas pour autant de poursuivre , tout au long de ce périple , témoignent d’une volonté, voire une obsession persistante , lorsqu’elle écrit :  » entrer sans revenir » « voyager, s’évader, pénétrer un cœur »

« mesurer le vertige « ,  » se transporter  » .

Des mots qui expliquent ,si besoin est

La recherche par le poète d’une ouverture ,d’une issue, et en disent long sur cette envie obsessionnelle d’aller de l’autre côté de toutes choses, afin de découvrir, la réalité de certaines questions, celle qui apaise ,et guérit .

« Dois je ainsi m’arrêter?  » , »Dois je fuir? »

Des mots qui expliquent aussi , le dilemme auquel elle fait face de temps à autre ,au cours de son entreprise audacieuse ;

La réponse est : non, et elle vient du lecteur qui se sent au fil des vers, et au long des strophes, concerné autant que le poète par cette recherche d’une brèche , une main salvatrice, qui mène à « l’horizon rose » tant convoité par les deux, accessible par le rêve, à bord du « tapis magique  » inventé par Habiba Zougui , et dont elle ne dévoile le secret que d’une façon subtile…afin de faire durer cette complicité.

Pour ce faire , elle essaye plusieurs portes, et nous entraîne avec elle dans une recherche sans fin, en quête d’une réponse qui ne viendra sûrement, qu’à coup de mille sacrifices , et au prix de tant de douleurs.

Il s’agit apparemment, d’une seule issue, pour atteindre un univers inconnu , qui représente peut être l’espoir , dans le dédale d’une vie qui se présente comme un labyrinthe jonché de peines et de douleurs, une suite sans interruption de situations complexes , et inextricables ; comme lorsqu’elle évoque la guerre ,et ses répercussions ravageuses, et le rêve d’une paix dont les portes sont difficilement accessibles , quand seul les prières, et l’espoir demeurent l’ultime issue  » Mère ô mère sauvons la terre, changeons ce rouge en vert »

Ou lorsqu’elle parle de la torture derrière les barreaux , comme une réalité , qui semble dans la poésie de Habiba Zougui, une métaphore, que cette dernière utilise comme une figure , pour décrire une situation, ou un vécu , une part de sa propre vie ,

« Ils l’ont crucifié persécuté  »

« Ils l’ont mutilé opprimé  »

« Ils l’ont tué martyrisé  »

« À cause de son amour filiale  »

On retrouve, dans un autre de ses poèmes, cet amour filiale, ou elle va jusqu’à nommer son fils : Younes .

Autrement dit , Habiba Zougui dessine, et peint avec les mots , les portes de l’espoir , et à travers ses rêves , elle tente de découvrir, tout ce qui se cache derrière ces portes; tout ce qu’elle ignore , tout ce qu’elle imagine ,tout ce qu’elle ne veut ,ou ne peut dire, et qui se transforme parfois en fantasmes , qui permettent de s’évader, et se libérer :  » ces méandres sensuels du corps  »

« Il suffit d’une nuit Blanche

Pour découvrir l’autre corps

Partager les rites du corps

Célébrer les plaisirs et les désirs »

 » tapis magique  »

 

Habiba Zougui , réussit parfois à nous embrouiller, sans le vouloir, et sans essayer de nous fausser compagnie :

« Il est temps de se retirer »

Mais quelque part ailleurs, elle se reprend , et s’accroche à l’espoir, aussi infime, et sombre soit il :

« Je m’accroche à cette pénombre  »

 » A piétiner ma douleur  »

« A rendre à mon espoir sa couleur »

« Sois un soleil »

« Sois un rêve  »

« Sois un espoir  »

Telles sont quelques uns des mots clés « des portes promises « de Habiba Zougui ;

une invitation à un voyage , à bord de son  » tapis magique » dessiné à coup de couleurs poétiques , dans une sphère de magnifiques turbulences, ce qui promet au lecteur, une véritable suite de soubresauts …

 

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/04/zou.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/04/zou-150x150.jpgadminsEn voguePar Driss Tahi On a l'impression, après la première lecture de quelques poèmes de Habiba Zougui, choisis dans son recueil 'les portes promises' , qu'il ne s'agit en fait que d'une seule porte, celle qui pourrait mener à la liberté, à la délivrance ...d'une douleur, intense et profonde, qui turlupine...Source de L'information Fiable