hopital21

Par: Khadija Benerhziel

L’hôpital provincial d’El Jadida a été conçu  pour répondre aux besoins de la population jdidie en matière de soins médicaux de qualité, et de proximité, leur évitant des déplacements fatigants et onéreux dans d’autres villes.

La réalisation de ce projet a nécessité un important budget,  pour en faire un établissement sanitaire de grande envergure, doté d’importants équipements de pointe (tenez-vous bien), d’un héliport pour les urgences,  de services d’hospitalisation aménagés en départements,   de 7 unités de radiologie, 6 laboratoires, 8 blocs opératoires, et 4 unités d’accouchement. Malheureusement, les attentes des doukkalis et leurs aspirations à une plateforme de prestations médicales  se sont brisées devant un miroir aux alouettes, et le crépuscule des illusions perdues a point à l’horizon.

En effet, l’hôpital semble s’illustrer par le désordre qui y règne, la surcharge, et le mauvais accueil semblent se donner le mot pour créer une situation catastrophique, pour le moins qu’on puisse dire, qui a coûté la vie et la santé à plusieurs patients.

Nombreux  témoignages et visites attestent de cette situation qui devrait tirer la sonnette d’alarme et alerter les responsables pour remettre à niveau cet établissement qui a nécessité  des coûts importants.

Malades qui gémissent dans les couloirs, femmes enceintes qui perdent leurs bébés, et j’en passe et des meilleures, sont des images habituelles des lieux, en l’absence de la conscience humaine et professionnelle de certains médecins, et de la compassion de certaines infirmières  qu’on peut appeler de tous les noms, sauf anges de la miséricorde.

Le mauvais accueil est le lot quotidien des malades dont l’état empire à la vue des mines rébarbatives des préposés aux services de la réception.

Le chaos et l’encombrement des services d’urgence n’améliorent pas non plus leur état. Ajoutez à cela, le manque d’hygiène des lieux ( lits maculés de sang, couloirs pleins de vomissures, malades alités à même le sol…)  une vraie vision d’Apocalypse. Le manque flagrant en personnel médical et en médicaments, un scanner en panne ajoutés à la mauvaise gestion, aggravent encore plus la situation.

And last but not least, les unités d’accouchement qui se caractérisent par un manque évident en moyens humains et logistiques, connaissent en plus une mafia de la corruption, qui fixe des montants  variant entre 400 et 1000 dh suivant que l’accouchement est normal ou par césarienne. La corruption ne concerne pas uniquement ces unités, mais même les services de chirurgie sont gouvernés par ce mal qui fixe des montants allant jusqu’à 2000 dh que les pauvres malades doivent débourser pour des services censés être effectués gratuitement.

Devant toutes ces malversations et ces malhonnêtetés, indignes d’un lieu supposé être au service des malades pour alléger leurs souffrances et leur fournir des soins gratuits, l’on se pose la question sur le rôle du directeur de l’hôpital, sur l’absence du délégué du ministère de la santé, sur le contrôle que devrait effectuer ce dernier pour corriger  ou sanctionner de telles effractions contraires au droit à la santé gratuite et efficiente pour tous.

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/06/hopital-2.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/06/hopital-2.jpg?resize=150%2C150adminsSociétéPar: Khadija Benerhziel L'hôpital provincial d'El Jadida a été conçu  pour répondre aux besoins de la population jdidie en matière de soins médicaux de qualité, et de proximité, leur évitant des déplacements fatigants et onéreux dans d'autres villes. La réalisation de ce projet a nécessité un important budget,  pour en faire...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires