yama

Par : Abdellah Hanbali

Chaque toile  de Fatima-Zahra nous projette vers, un passé chargé  de merveilleux souvenirs, une mémoire aux recoins nostalgiques et une enfance  pleine de couleurs et d’images que l’artiste voulait… comme fixer à jamais.

Et c’est devant sa toile, qu’elle parvient le mieux à extérioriser ses sentiments, que ses souvenirs lui permettent de remonter le plus dans le temps et que par la magie de cette  touche de chaleur et de couleurs dont elle a le secret, arrive à souligner toute la beauté et  la splendeur  féminine.

« Regard de Femme de l’ici et de l’ailleurs » est le thème de l’exposition de Fatima-Zahra El Yamani qui vient d’avoir lieu à El-Jadida.

Des regards de Femmes dont le dénominateur commun est d’être aussi belles les une que les autres et  aussi élégamment vêtues et maquillées, qu’on aurait dit posant pour des magazines de mode.

Des Regards de femmes de « l’ici », mais aussi d’un « ailleurs », se limitant au model occidental.  Nulle trace d’un seul  regard de femme subsaharienne par exemple ou asiatique !

Pourquoi ? Est-ce la conséquence  naturelle de ses rêves d’adolescente où elle se cherchait?  De ses lectures ?   D’images télévisuelles ?…Qu’importe, ce qui  compte c’est qu’à travers ses rêves et  un art suscité par ses émotion et ses impressions, elle  nous fasse rêver à travers un style néo-figuratif très expressif.

Telle Chaibia Talal dont elle s’inspire, Fatna Laghboura, Ben Allal et tant d’autres peintres de « l’ici et de l’ailleurs », Fatima-Zahra El Yamani est est aussi autodidacte. Or, sa personnalité romantique et sa sensibilité à fleur de peau, reflètent la Femme, cette douce Femme qui par sa simplicité sécurisante et sa façon humble d’aborder autrui, fait resurgir un être à l’esprit talentueusement artistique.

Le peintre Talal n’a pas tari  d’éloges envers la jeune peintre : « Je suis  impressionné par la diversité de ses œuvres et par le choix de ses couleurs. Quant à sa touche suave et sensible, c’est une  ode de fraicheur. ».

Pour parfaire le moindre petit  détail de cette panoplie de visages et surtout de ces regards aussi expressifs les uns que les autres, Fatima-Zahra semble y avoir mis toute sa sensibilité de femme et son talent d’artiste. C’est le témoignage de nos joies et de nos peines… la porte  ouverte sur l’âme.

Paul Eluard disait dans « La courbe de tes yeux »

Le monde entier dépend de tes yeux purs/

Et tout mon sang coule dans leurs regards

Et aujourd’hui, lorsqu’on regarde ces yeux, ces regards et ces visages peints par  Fatma-Zahra,  nous ne pouvons qu’être fascinés par toute l’étendue du chemin parcouru par cette artiste-peintre originaire du Moyen Atlas (Azrou).

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/11/yama.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/11/yama.jpg?resize=150%2C150adminsArt & CulturePar : Abdellah Hanbali Chaque toile  de Fatima-Zahra nous projette vers, un passé chargé  de merveilleux souvenirs, une mémoire aux recoins nostalgiques et une enfance  pleine de couleurs et d'images que l’artiste voulait… comme fixer à jamais. Et c’est devant sa toile, qu’elle parvient le mieux à extérioriser ses sentiments, que ses...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires