jdi.1

Faut-il rappeler, une fois encore, que la ville d’El Jadida a été depuis toujours considérée  comme étant la “sirène de l’Atlantique”, le  “radeau de terre”, ou mieux encore “La reine des plages”. Une ville née de la mer et qui ne peut respirer que par sa mer, d’où l’importance de son ouverture sur cette grande bleue qui constitue à la fois sa raison d’être et le garant de son avenir.

Ainsi donc, tout développement réfléchi pouvant concerner cette ville-plage ne doit passer outre la prise en compte de sa façade maritime qui représente son atout majeur dans la mesure où elle récapitule à elle seule toute l’histoire d’El Jadida, que ce soit à travers la singularité de son patrimoine issu de l’ère Portugaise, la beauté architecturale de ses monuments qui portent la touche des grands maîtres de l’époque coloniale, son petit port de pêche, ses jardins, sa plage, ses souks, ses anciens tissus urbains … c’est dire qu’El Jadida, l’authentique El Jadida n’est ni plus ni moins qu’une belle et harmonieuse façade maritime.Le reste, tout le reste n’est rien d’autre qu’une suite d’aberrations et une médiocre course urbanistique où la gangrène du béton pur et dur ne cesse d’élargir sa tache d’huile.

Ainsi donc, en dénaturant cette façade, c’est au coeur battant d’El Jadida, la vraie, l’authentique qu’on assène aujourd’hui les coups les plus mortels.

Pourtant, il y a peu de temps, une sérieuse et minutieuse étude a été entreprise par l’agence urbaine d’El Jadida avec comme objectif “La requalification urbanistique, architecturale et paysagère de la façade maritime de la ville d’El Jadida”

une étude qui se veut une réponse aux dysfonctionnements multiples de cette ville, laquelle est désormais appelée à s’inscrire dans un système équilibré et cohérent, et à s’adapter à la compétitivité internationale qui s’impose, tout en visant simultanément et avec la même force, le développement social, culturel et économique de ses composantes et la revalorisation urbaine et la consolidation de l’unité de la ville.”
D’après les réalisateurs de cette étude, il   s’agit en l’occurrence d’un projet susceptible d’offrir à la ville d’El Jadida un cadre d’action évolutif et d’autorégulation, ouvert et efficace dans la mesure où le concept aspire continuellement à rehausser davantage la qualité de la vie urbaine, à s’ouvrir, de par ses objectifs, aux multiples acteurs et à essayer de corriger les imperfections de la planification urbaine et ce, suite aux mutations et aux dysfonctionnements générés par la complexité et la rapidité du développement urbain ainsi que des mutations qu’il induit.
En effet, l’amélioration de la qualité du cadre de vie de la ville d’El Jadida passe essentiellement par la mise en chantier de projets opérationnels, notamment la requalification de sa façade maritime, qui assure, en plus du rehaussement de la qualité urbaine, la liaison entre les différentes entités de la ville et leur réconciliation avec la mer, la complémentarité des fonctions, la mise en valeur de ses atouts paysagers et l’épanouissement du citoyen.
Toutefois, le processus de requalification de la façade maritime de la ville d’El Jadida,
nous interpelle quant à l’échelle d’intervention du projet, considérant qu’on ne peut agir sur une partie du territoire sans avoir une vue d’ensemble du fonctionnement urbain et une vision intégrée et partagée pour l’avenir du territoire considéré.
En effet, cette requalification de la façade maritime devrait s’inscrire dans une vision de la ville d’El Jadida en s’appuyant sur :
• L’engagement dans la durée des autorités et des élus locaux, de leurs partenaires et l’adhésion et la participation de l’habitant concerné par ce projet et également du citoyen qui « habite d’une autre manière le territoire du projet », pour bâtir ensemble une vision et un projet à long terme .

  • Une stratégie urbaine claire qui se décline sur plusieurs échelles avec des dispositifs
    de suivi et d’arbitrage entre la stratégie d’agglomération, les politiques communales et l’échelle des projets de requalification .• Un pilotage politique fort.
    La requalification urbanistique, architecturale et urbanistique de la façade maritime de la ville d’El Jadida, a besoin aussi de s’inscrire
    dans un mode de fonctionnement opérationnel innovant, s’appuyant sur un dispositif de mise en oeuvre opérationnel et efficace exigeant un positionnement institutionnel lui permettant d’agir et d’être
    doté d’outils d’observation et d’évaluation.
    La réalisation de ce projet, devrait être insérée dans le cadre d’une démarche intégrée qui dégage les priorités, définit les stratégies d’intervention et permet à ce projet de recentrer autour de lui l’adhésion de tous : planificateurs, gestionnaires, citoyens et investisseurs. Il faudrait donc passer d’ « un projet d’auteur » à « un projet de consensus » sur les exigences minima des partenaires.Que ce soit pour le diagnostic, la définition des objectifs, l’établissement du programme, la révision des documents d’urbanisme, la définition de projets, la formulation des cahiers des charges, la réalisation des travaux, l’accompagnement, le suivi et l’évaluation, les acteurs concernés doivent se poser les questions d’une démarche solidaire et équitable, participative et transversale.

Dans cette optique d’adaptation des démarches spécifiques au territoire concerné, la mise en oeuvre de ce projet permettrait l’émergence d’une logique de « projet durable », véritable opération de cohérence urbaine et sociale, ainsi que de partenariat de qualité, face aux conditions contraignantes d’insuffisance de moyens financiers, d’expertise, d’ingénierie, de pilotage, de suivi et d’évaluation reconnus et satisfaisants.

En clair, l’objectif de cette étude vise à élaborer un document référentiel pour la maîtrise de la planification de cette façade maritime et un outil pour la gestion urbaine de l’aire de l’étude, tout en mettant l’accent sur la nécessité de :
•Respecter et mettre en valeur les sites paysagers de l’aire de l’étude.
•Insérer La façade maritime dans le développement économique et urbain dont bénéficie la ville.
•Apporter des solutions novatrices aux dysfonctionnements éventuels dont souffre actuellement l’aire de l’étude.
• Définir un cahier de prescriptions architecturales s’inspirant de l’histoire de la ville.

Ce serait très long de citer tous les détails de cette étude qui est méticuleusement élaborée et qui aurait dû servir de feuille de route pour une requalification réfléchie et harmonieuse de la façade maritime.

Mais loin de là, les décideurs de la ville ont préféré opter pour des idées médiocres et des actes inadmissibles voire même farfelues.

Signe des nouveaux temps.

 

Chahid Ahmed

 

 

 

 

 

 

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/10/jdi..jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/10/jdi..jpg?resize=150%2C150adminsZoom    Faut-il rappeler, une fois encore, que la ville d’El Jadida a été depuis toujours considérée  comme étant la “sirène de l’Atlantique”, le  “radeau de terre”, ou mieux encore “La reine des plages”. Une ville née de la mer et qui ne peut respirer que par sa mer, d’où l'importance...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires