Estevanico ressuscite à Azemour, dans la galerie Akwas et à la maison de l’artisan.

Par : Driss Tahi

Pact-art et son prestigieux florilège des artistes peintres , ainsi que d’autres noms , non moins connus :

A. Rahoul

S. Benjkan

A. Elazhar

N. Zoubir

B . Amal

A . El amine أ

A . Banana

En partenariat avec l’association provinciale des affaires culturelles et le conseil municipal d’Azemour, ont manifesté leur volonté de mettre en avant leur cité mythique à travers un fragment de l’histoire , dont le thème est assez significatif :

« Excursion et art plastique, dans la mémoire d’Azemour ».

Abdelkarim El azhar au nom de Pact-art a souligné dans un bref discours d’ouverture l’importance de ce genre de rencontres , dont l’objectif est d’abord, la promotion de la ville d’Azemour, par l’art et la culture.

Décidément l’art et la culture de par l’exposition de toiles consacrée à cette occasion à Estevanico , accompagnée d’une conférence sur ce fameux explorateur Azemmouri , viennent démontrer de façon inéluctable qu’ils sont capables de mettre en exergue un pan de l’histoire , restaurer la mémoire et au besoin rectifier les erreurs commises par certains historiens, parfois de façon intentionnelle.

C’est en effet le sujet de la conférence tenue par Chouaïb Halifi professeur à l’université Hassan II, critique littéraire et romancier , qui en retraçant dans un récit de façon laconique , mais assez instructive, le parcours digne des grands explorateurs, riche en soubresauts et en tribulations de ce héros, esclave, guerrier, conquérant…

L’auteur de Massae Achaouk” couronné en 2020 par le Prix de la Narration (Prix du Maroc du livre 2020) , a durant près d’une heure et demi, mis la lumière sur quelques points d’ombre et replacé de façon académique dans leur contexte certaines vérités, jusqu’ici cachées sur Estevanico .

La conférence a été brillamment dirigée par Abdelfettah El Fakid, universitaire chercheur et auteur de plusieurs ouvrages littéraires.

D’autre part , l’espace minuscule de la galerie Akwas , à quelques ruelles de la maison de l’Artisan et non loin des berges du légendaire fleuve Oum Er_Rabii , n’a jamais paru aussi vaste que ce soir. Et pour cause ; Le génie des artistes peintres , de par leurs créations picturales et les magnifiques toiles , l’a transformé en une plate-forme magique, qui , l’instant d’une visite a transporté les nombreux invités au cours d’un voyage dans le temps , au-delà des frontières les plus éloignées, les îles vierges et dans les pays et les contrées sauvages, jamais rêvées, parcourus selon le récit par celui appelé aussi Mustapha Azemmouri , l’homme qui a vecu au cours de ses pérégrinations plusieurs vies en une seule existence. Celui dont le destin rocambolesque et riche en événements, qui se trouve ressuscité à chaque fois grâce aux chercheurs passionnés et à l’art .

Estevanico semble cependant ne pas avoir encore dit son dernier mot et continue de ce fait à nous surprendre.

Related posts

Leave a Comment