Erreur médicale : le vaccin qui tue…

erreur

Par: Khadija Benerhziel

On dit que l’erreur est humaine, mais quand cette erreur est d’ordre médical, elle  serait plus un délit ou un homicide volontaire.

De la compresse ou les tuyaux plastiques oubliés dans le ventre du malade, en passant par l’erreur de diagnostic ou de traitement, jusqu’à l’opération ratée , ces fautes laissent soit des séquelles à  vie, soit coûtent la vie au patient.

Les spécialités les plus concernées sont la circoncision, la gynécologie, l’ophtalmologie, et la chirurgie viscérale et digestive.

Chaque année, de nombreux marocains sont victimes d’erreurs fatales , les derniers en date sont trois nourrissons qui sont décédés suite à l’injection du curare, un poison violent, à la place d’un vaccin.

Les faits remontent à Lundi dernier, à la maternité les Orangers à Rabat, où une infirmière a administré ce produit anesthésiant au lieu du vaccin prescrit, à six nouveaux nés, ladite infirmière affirmant que ce produit lui ayant été donné par la pharmacienne de l’hôpital.

L’un des six nourrissons est mort d’un arrêt respiratoire sur le champs, et les deux autres ont été transférés à l’hôpital Ibn Sina, mais malheureusement, ils n’ont pas survécu.

Selon  certaines sources, il paraitrait que le dit produit est un vaccin en cours de test.

Le ministère de la santé a ouvert une enquête pour connaitre les tenants et les aboutissants de ce triste fait.

Affaire à suivre..

Related posts

Leave a Comment