hnini

En ce premier Avril, les couleurs de l’aube naissante n’ont plus la même lueur: Le soleil est en berne. Même le ciel est aussi gris que grisâtre : Une tristesse intruse vient d’assombrir cette journée censée être affiliée à la belle saison du printemps.

La nouvelle, à la fois brutale et affligeante qui vient de me parvenir ne peut relever que du cauchemar.

Une voix s’est tue à jamais, une plume des plus pertinentes s’est brisée d’elle même, une âme vient hnyen.hhde tourner le dos à cette vallée de larmes, un ami nous a quitté discrètement et sans trop de bruits…Azeddine Hnyen a rompu avec les rangs.

J’aurai bien aimé lui dire, mon ami, mon confrère, mon compagnon des longues et périlleuses années de galères. j’ai tant attendu que tu me réveilles pour me dire que tout ce que j’ai vécu  comme douleurs en ce jour de premier Avril  n’était qu’un mauvais cauchemar qui allait se dissiper comme ces brumes éphémères.

Mon ami de toujours, j’ai beaucoup prié pour qu’on me dise que toute cette triste scène qui se déroule devant moi, n’est que le fruit de mon imaginaire et ne te concerne en rien… tu ne pourrais faire le dernier et grand voyage sans me saluer, sans me prévenir.

Mon compagnon et mon confident des saisons sèches et dures, j’ai longtemps hésité pour accepter cette réalité profondément douloureuse et même pire.

Est-ce vrai que je ne reverrai plus ton franc sourire, que je n’entendrai plus la cascade de tes rires, que je ne sentirai plus tes tendres soupirs?

Tu sais? Avant que ne me gifle cette triste et tragique nouvelle, je n’ai jamais cru que la vie ici bas est si courte et si surprenante. Hier encore, je lisais tes pensées et tes projets d’avenir. Je sentais même ta sueur de guerrier dont la plume intarissable ne pouvait salir les sans parole mais harcelait tous ceux qui veulent leur voler ce droit à la parole.

Il m’est très difficile de parler de toi au passé, parce que ton souvenir est toujours là pour me rappeler que tu es quelque part parmi nous. Je sais que tu n’es pas de ceux qui désertent le combat sans force majeur. Je te dis seulement,  repose en paix l’ami, ce n’est qu’une trêve mais le militantisme pour les causes nobles et les affaires justes continue.

                                       Chahid Ahmed

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/hnini.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/04/hnini.jpg?resize=150%2C150adminsLibre OpinionEn ce premier Avril, les couleurs de l’aube naissante n’ont plus la même lueur: Le soleil est en berne. Même le ciel est aussi gris que grisâtre : Une tristesse intruse vient d’assombrir cette journée censée être affiliée à la belle saison du printemps. La nouvelle, à la fois brutale...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires