Enterrement du juge Noureddine Faizi : Un cas de deux poids, deux mesures ?

Le magistrat Noureddine Faizi n’est plus. Allah y Rahmou…

Mais ce juge qui s’est bâti au cours de sa carrière, une réputation d’homme juste et intègre, aurait-il apprécié d’être … « privilégié » de la sorte, par apport à ses semblables ?

Victime du coronavirus, le défunt aurait du être enterré selon un rituel strict et dans le respect total des gestes barrières.

Or, lors de la prière funéraire (Al Janaza) qui a eu lieu à la Mosquée Ibrahim Al Khalil, lors de la prière d’Al Asr, ce lieu de culte était plein à craquer, par : proches, collègues, amis…venus rendre un dernier hommage au défunt. Aucun respect de distanciation et de gestes barrières. Quant aux petits tapis de prière, obligatoires pourtant…  

Au cimetière, c’est le même scénario qui se répète.

Si on n’était pas en pleine pandémie (le défunt en est pourtant une victime), la scène serait des plus normales. Mais,…

Les autorités qui veillaient au grain, quant au respect des gestes barrières, auraient-ils failli à leur mission, lors de cet enterrement ?

Que penseront tous ceux qui ont perdu un ou plusieurs membres de leurs familles et qui n’ont pas eu le privilège d’assister à leurs enterrement, sous divers prétextes ?

Qu’en pense tous ces juges qui ont accompagné le défunt jusqu’à sa dernière demeure, transgressant par là, toutes les lois en vigueur ?

Et si demain : restaurateurs, cafetiers, hôteliers…refusent à leurs tours de respecter la fermeture à 21h, qui les jugera ? Les autorités locales ? Ces mêmes juges et autres qui ont accompagné leur collègue (ami…) jusqu’à sa dernière demeure ?

Par leur non respect des lois en vigueur, aussi bien les autorités que nos pseudo-juges présents en cette journée, ont montré leurs limites, fait honte à leurs métiers et… au défunt.

Puisse Allah recevoir, cet homme Juste et intègre de l’avis de tous, dans son vaste paradis.

« Nous sommes à Dieu et à lui nous retournons. »

Abdellah Hanbali

Related posts

Leave a Comment