ordures_6jdida

Qui dit tourisme, dit découverte de sites, parfois méconnus mais qui méritent le détour et parfois même le séjour. Le tourisme est généralement synonyme de changement, de dépaysement, de repos et de détente.

El Jadida serait, certes, tout indiquée comme destination de vacances. Car en plus de ses sites historiques, on y découvre également des plages sublimes. La gastronomie y est aussi diversifiée, connue par la cuisine doukkalie très raffinée, rehaussée par la richesse de la région en poissons.

Si l’envie de rester au calme et de se ressourcer, se relaxer et se détendre motive les vacances, le séjour devrait représenter une véritable invitation à l’inaction et devrait s’ériger en art de vivre. Quand on a des enfants, le site choisi devrait répondre à certains critères qui tendent à satisfaire leurs envies et rendre le séjour heureux en famille. Dès l’approche des premiers jours de chaleur, les citoyens commencent à réfléchir aux possibilités des séjours de vacances, l’équation étant de dénicher les coins disposant d’attractions et d’activités appropriées.
Cependant, El Jadida serait, à première vue, le coin idéal. Cependant, nul n’ignore la situation lamentable dans laquelle se trouvent toutes ses infrastructures touristiques, qui souffrent d’une insuffisance ne pouvant faire face à la demande et à l’exigence de la clientèle, ni satisfaire les estivants de tout âge désirant passer un séjour agréable.

Même les campings qui sont, généralement, accessibles aux familles aux revenus limités sont pratiquement inexistants.

En dehors des plages, les activités de divertissements sont également inexistantes dans cette ville.

Le tourisme urbain de cette ville connaît depuis quelques années une croissance très forte, certes, mais accompagnée d’un changement de pratiques, car les estivants ne cherchent plus à visiter une « cité-musée », mais à découvrir, ou redécouvrir cette cité aux multiples facettes, tout en profitant du cadre agréable balnéaire qui la différencie des autres villes du royaume. Un cadre aussi bien agréable pour les enfants qui y trouvent leur plaisir au bord d’une mer calme, qu’économique pour les parents au budget limité.

Il est vrai que pour les familles à faible revenu, El Jadida est toutjdi.marhaba indiqué pour des estivants pour qui le seul but des vacances est de changer du cadre routinier de toute une année de labeur.

Sans prétendre aspirer à disposer d’un Musée des héros des bandes dessinées, ou profiter de bonnes animations et attractions pour enfants et adolescents, la ville dispose de suffisamment de moyens pour créer d’agréables espaces de distraction et de divertissement pour les jeunes et moins jeunes.

En outre, les vacances ne se limitent pas seulement à ces moments de distractions qui sont, certes, indispensables, mais faire un tour dans les marchés, ou dans les quartiers populaires est aussi à prévoir afin de respirer cette ambiance authentique doukkalie.

Cependant, pour une ville connue pour être une cité touristique, elle est loin d’être catégorisée dans cette qualification. Cette caractéristique nécessiterait un réel travail sur la question du traitement et de gestion de ses espaces publics touristiques urbains, et sur les infrastructures d’accueil et de loisir des estivants. Ceux-ci jdi.souk 0constituent en effet la face concrète des multiples processus qui contribuent au développement touristique et qui donnent sens à la ville et à son attrait. La question de l’ouverture et de l’aménagement de ces espaces publics et de des infrastructures y est donc centrale.

Malheureusement, cette ville, dotée de beaux paysages, continue d’endurer ce sort qui lui a été réservé et qui fait d’elle une cité que les estivants commencent à fuir. Car malgré les atouts et les richesses naturelles dont elle dispose, elle a complètement perdu ses lettres de noblesses, à cause de la mauvaise gestion de ses ressources, par des Conseils

Communaux qui se sont succédés, depuis des décennies, non pour la développer, mais pour la dépouiller de tout, même de son patrimoine.
Une ville touristique devrait être dotée en premier lieu de structures d’accueil en mesure de répondre aux besoins d’une clientèle avide de passer un agréable séjour mais à des frais raisonnables. Elle devrait également disposer d’espaces de loisirs et de divertissement.
El Jadida, bien que présentant un intérêt lié à son patrimoine, aux caractéristiques de sa région, et à son littoral s’étendant sur plusieurs dizaines de kilomètres, cette ville souffre d’un manque de gestion rationnelle en mesure d’en faire un véritable pôle touristique.

En effet, les autorités multiplient les aménagemenjdi.souk-6-300x169ts et les réaménagements qui touchent certaines artères principales, laissant les ruelles et les quartiers lointains sombrer dans la précarité et la vétusté des infrastructures de base. Elles peinent également à trouver les solutions adéquates aux questions d’entretien, de nettoyage et de collectes des ordures ménagères qui jonchent tous les coins et recoins de la ville.

Et que dire du secteur du transport en commun qui souffre, comme tous les autres, d’une anarchie totale nécessitant un plan d’urgence pour sa mise à niveau, afin de compenser la carence dont souffre ce réseau et faire face aux déplacements massifs des citoyens ?
Un tableau, hélas bien noir pour décrire une ville dite « touristique ».

El Jadida, en tant que ville, n’est plus. Comment peut-on prétendre alors qu’elle puisse être touristique ?
Par: Khadija Choukaili

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/08/jdi.centre78.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/08/jdi.centre78-150x150.jpgadminsLibre OpinionQui dit tourisme, dit découverte de sites, parfois méconnus mais qui méritent le détour et parfois même le séjour. Le tourisme est généralement synonyme de changement, de dépaysement, de repos et de détente. El Jadida serait, certes, tout indiquée comme destination de vacances. Car en plus de ses sites historiques,...Source de L'information Fiable