El Jadida : Visite des établissements scolaires par le Gouverneur, oui mais…

M. Mohammed El Guerrouj a eu une semaine bien chargée, en ces jours de rentrée scolaire, largement couverte par les médias locaux.

Il a ainsi entrepris des visites à certains établissements scolaires avec ses trois catégories, à savoir, le primaire, le collégial et le secondaire qualifiant.

Certes, ces visites ont permis au gouverneur de s’enquérir des conditions de reprise des cours au niveau des établissements publics, essentiellement sur le plan pédagogique, en assistant à certains cours, probablement « préparés » pour l’occasion, avec un nombre réduit d’élèves et dans des conditions plus ou moins optimales, surtout que ce n’est un secret pour personne, l’encombrement que connaissent les salles de classes dans nos établissements publics.

Il est certain que ces visites ne peuvent être que bénéfiques aussi bien pour le corps enseignant, que pour les élèves. Mais a-t-on idée de l’état réel des infrastructures de base au sein de ces établissements ? A-t-on prévu de faire visiter au gouverneur l’état des toilettes et sanitaires et leur délabrement ? Ou encore celui des cours de récréation destinées à la détente et censées disposer d’espaces verts et du confort nécessaire pour ces moments de « récré » ?

On ne peut nier l’importance que revêt cette initiative louable. Cependant, ces visites auraient eu un impact très positif si elles avaient pour objectif l’évaluation des conditions réelles dans lesquelles évoluent nos bambins, avec pour but de procéder à leur remise à niveau.

Le système éducatif national a certes connu plusieurs réformes. Mais il n’a jamais fait l’objet d’une sérieuse remise à niveau des locaux des établissements, qui tiendrait compte de l’importance de l’infrastructure de base qui devraient répondre aux normes internationales (toilettes décentes, salles de classes avec tables et chaises adéquates, tableaux magnétiques ou électroniques, salles aérées et disposant des moyens didactiques nécessaires).

Il faut souligner que pour assurer la meilleure éducation et le meilleur enseignement à nos enfants, il est certain que ces deux concepts doivent être également accompagnés par des conditions offrant un minimum de confort aux élèves.

Notons également que les autorités devraient aussi tenir compte de l’état de délabrement avancé des bus de transport urbain. Un autre point noir sur lequel les autorités devraient se pencher en ce début d’année scolaire, afin d’éviter à ces enfants, éloignés de leurs écoles, d’accuser des retards certains pour rejoindre leur établissements.

Le gouverneur a, à travers ces visites, constaté de visu, le niveau d’opérationnalisation des mesures et des décisions prises au niveau central pour cette rentrée scolaire 2022-2023.

Espérons que ces constats permettront d’éventuels réaménagements, au niveau local, de certains établissements souffrant d’un délabrement avancé.

Que cette année scolaire, placée sous le signe de « la réforme » et qui correspond à la première année d’application de la « feuille de route » relative à la réforme du système éducatif national pour la période 2022-2026, voie l’amélioration des conditions d’enseignement dans le secteur public.

Related posts

Leave a Comment