El Jadida : une ville très mal éclairée…

Le premier rôle de l’éclairage public n’est-il pas de participer à la sécurité publique durant la nuit et d’assister les usagers dans leurs déplacements et activités nocturnes ?

Bien que cela soit une évidence, la Commune urbaine ne semble pas y accorder l’importance qu’il mérite, et les citoyens jdidis continuent à endurer l’insécurité engendrée par le manque d’éclairage de la majorité des avenues. Une insécurité que l’absence d’entretien accentue, notamment en cette saison hivernale où les nuits sont longues, et de manière accrue, en raison de l’heure GMT+1, qui aggrave de manière significative ce phénomène, particulièrement pour les enfants devant se rendre à leurs établissements à une heure où il fait encore nuit.

Il faut noter que la vision globale de la commune, relative à la gestion de l’éclairage public est absente, d’autant plus qu’elle ne dispose pas d’une structure dédiée à cet effet pour le suivi et la réparation des ampoules et des lampadaires endommagés.

Certes, de rares tentatives de réparation de certaines pannes, sont entreprises de temps à autre, mais sans constituer un réel entretien en bonne et due forme, en mesure de « rétablir la lumière » sur la voie publique.

En effet, de nombreux quartiers de la ville, notamment ceux se situant dans la  périphérie, accusent un disfonctionnement flagrant de l’éclairage public, voire, vivent carrément dans le noir une fois la nuit tombée.

Dans l’état actuel des choses à El Jadida, faut-il se munir d’une lampe de poche s’il vous est nécessaire de sortir de nuit pour se prémunir d’éventuels accidents ?

Saison hivernale oblige, combinée au risque encore menaçant de la propagation du virus, les citoyens sont contraints de se cloîtrer très tôt chez eux par crainte de l’insécurité, et les risques d’être attaqués par les meutes de chiens errants, ou encore par des agresseurs encouragés par l’obscurité causée par l’absence de l’entretien et la dégradation de poteaux électriques et des lampes grillées en attente d’être remplacées.

Est-il trop demander que de rétablir la lumière sur la voie publique ?

A bon entendeur… Salut.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment