Que dire de la situation d’El Jadida  sinon qu’elle est catastrophique ? Le constat est décevant quand on voit la dégradation de cette ville. On se rend vite à l’évidence que la ville est mal gérée.

La gestion déléguée de l’entretien de la propreté et de la collecte des ordures n’a rien arrangé, et la ville est plongée dans une insalubrité incomparable. C’est là un exemple concret d’une gestion qui laisse à désirer. L’aménagement des chaussées et des routes et leur entretien relève presque de la fiction puisque les projets se suivent et se ressemblent, à quelques exceptions près, sans jamais aboutir aux résultats légitimement escomptés et espérés par les citoyens.

On constate que la ville connait une précarisation avancée, due également à la prolifération de l’informel, de ce commerce anarchique ambulant qui envahit la ville, de la promiscuité, de l’exode rural et à d’autres phénomènes qui accentuent la «ruralisation» et rendent la situation complexe, voire critique.

Dans un monde de plus en plus tourné vers les nouvelles technologies où la transformation digitale est devenue l’un des leviers de croissance et où le numérique devient un atout majeur et un puissant vecteur d’attractivité pour les investisseurs et donc pour le développement, notre ville continue à patauger dans ses interminables problèmes de gestion.

En effet, au moment où la gestion de la chose publique de manière efficiente qui favorise le développement et l’épanouissement de la population, stimule la croissance et améliore la qualité de vie, la Commune barbote dans une gestion qui freine le développement.

Le véritable obstacle réside en l’absence d’une bonne stratégie de gestion, liée aux  dysfonctionnements découlant de la mauvaise gouvernance et du manque de rationalisation des dépenses. Ce qui converge inévitablement vers le blocage du développement social de la ville.

On a beau jeter la pierre sur le citoyen et son incivisme. Les constats sont évidents quand on prête attention au cumul des fonctions/responsabilités par des élus et fonctionnaires incompétents, et à l’accumulation de mandats par ces élus rentiers qui versent dans les travers de la politique politicienne, en négligeant le bien être de ceux- là mêmes qui ont voté pour eux.

Bien que la Constitution de 2011, dans ses articles 13, 14 et 15 consacre un rôle primordial au citoyen dans le suivi, l’évaluation, le contrôle, et qu’elle ait introduit des mécanismes participatifs de dialogue et de concertation pour impliquer aussi bien les citoyens que la société civile dans l’élaboration et le suivi des programmes de développement, on constate que l’application des termes de la constitution à l’échelle locale est loin d’être effective.

A cet effet, le principe de la reddition des comptes, de l’éthique, de la responsabilité des élus, doit être appliqué, certes à tous les niveaux, mais principalement dans la gestion locale des Communes où un terme doit être mis au laisser-aller qui y règne.

Khadija Choukali

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/05/Municipalité-dEl-Jadida.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/05/Municipalité-dEl-Jadida-150x150.jpgadminsFocusQue dire de la situation d’El Jadida  sinon qu’elle est catastrophique ? Le constat est décevant quand on voit la dégradation de cette ville. On se rend vite à l’évidence que la ville est mal gérée. La gestion déléguée de l’entretien de la propreté et de la collecte des ordures n’a rien arrangé, et la...Source de L'information Fiable