jdi.jardin.cho 1jdi.jardin.cho

El Jadida Scoop

Lorsque la stèle en cuivre, représentant  le monarque feu Mohammed V, fut dérobée du parc du même nom, on avait cru que ce ne serait l’affaire que de quelques jours, voire de quelques semaines, avant qu’elle  ne soit remplacée et les « voleurs » présentés devant la justice. Que nenni. Plus de sept années après cette  mystérieuse « disparition»  aucun haut responsable  de cette ville,  n’a pris la louable initiative de veiller au remplacement de cette stèle et/ou de s’enquérir de l’avancement de l’enquête de police sur cette affaire, tout en éclairant  les citoyens  sur chaque fait nouveau. Ce comportement  porte un  nom dans les démocraties:  le  respect des citoyens.

Faute de communiqués allant dans ce sens,  les rumeurs , vont bon train. Et cette stèle ne pouvait être  le fait de petits voyous, il y a quand même des gardiens et le lieu est bien éclairé,   mais  un forfait commandé par des   personnes qu’on croit au-dessus de tout soupçon .

Il faut dire que nous ne sommes pas devant un fait isolé.. Cette ville a aussi connu  la disparition de deux canons de la cité portugaise. Un délit grave où  les noms de deux ex-ministres, sont  revenus avec insistance, sans qu’aucune enquête ne vienne corroborer les rumeurs ou  prouver le contraire.

Quant à la disparition des moteurs de refroidissement de la morgue d’El-Jadida, qui est toujours en panne depuis, c’est le nom d’un ancien gouverneur qui en est mêlé. Certains n’hésitent pas à faire savoir,  que ces moteurs sont allés équiper ses bateaux de pêche. Mais plus d’une décennie après,et pareil que pour les autres vols,  on attend encore et toujours  les résultats de l’enquête…si enquête il y a.

Une morgue en panne qui, pour la petite histoire,  a coûté au Maroc l’organisation de la coupe du monde du football , décerné à l’Afrique du Sud, cette année là.

Comment ? Eh bien, parce que,  c’est sur le dossier santé que l’Afrique du Sud a fini par marquer des points contre la Maroc  et à finir par le larguer .

En effet, la visite d’une commission de la FIFA à Tanger,à l’époque,  avait coïncidé avec un accident de circulation. Des blessés graves  étaient allongés à même le sol, baignant dans leur sang. Le personnel débordé….

Après Tanger, ce fut le tour d’El-Jadida. Des ordres furent donnés pour faire bonne figure. La polyclinique fut repeinte en un temps record  pour être présentée en tant qu’hôpital public…Mais comme si cette commission avait un informateur sur place, elle n’a montré aucun empressement pour visiter la polyclinique, mais plutôt en lieu et place, la morgue de la ville. Ce fut dès lors la douche froide parmi les représentants marocains censés faire bonne figure. Ils savaient tous que la morgue était en panne… sans âme, au propre comme au figuré.

On peut aussi citer  la stèle de la Mosquée Belhamdounia, vieille de plusieurs siècle et disparue, sans plus jamais laisser de trace….

On pourra continuer ainsi, à citer plusieurs cas du genre…C’est à se croire en Irak, après l’invasion des GI.  Sauf que là, il s’agit de pseudo responsables censés œuvrer pour notre bien

Et après tous ces vols, dont certains demandent, tout de même la présence de gros moyens, pour être accomplis, la police n’a jamais réussi à mettre la main sur les auteurs de l’un de ces délits.Et pourtant…

Au fait, à quoi nous servent nos conseillers et tous ces pseudo-gestionnaires? A nous voler et à nous détrousser de nos biens et de notre patrimoine?

A quoi nous servent-ils orsqu’on voit l’état des deux fontaines de la ville, à peine inaugurées,  tomber en panne puis oubliées à jamais ? (l’une se trouve devant le théâtre et l’autre devant l’hôtel Al Mourabitine.. A ces deux fontaines, on peut ajouter celle  de Sidi Bouzid, en panne, celle-là,  depuis plus d une vingtaine d’années.

Si nos responsables sont incapables d’entretenir ces fontaines, pourquoi y avoir pensé pour embellir cette ville ?

Des conseillers  communaux   qui sont  incapables de changer « Municipalité d’El-Jadida » à l’entrée de la commune par  ce qui est censé être appelé et depuis belle lurette : « Commune Urbaine d’El-Jadida ». Dans ce cas, comment pouvons-nous leur  demander de réparer l’ horloge de cette même commune, dont chaque cadran affiche un horaire différent de l’autre, et ceci, quand le cadran a encore ses aiguilles.

Car ce qui est donné à voir de l’extérieur, n’est-il pas une preuve suffisante sur la médiocrité des « penseurs » qui se trouvent à l’intérieur?

Comment demander à de tels responsables,   qu’on répare   l’horloge du Musée des anciens résistants (ancien bureau arabe), en panne depuis plus d’une vingtaine d’années et dont le moteur a semble-t-il aussi disparu ?

Comment vouloir gérer une ville lorsque même pour changer une ampoule grillée, cela peut prendre des années ?

Comment ces responsables, qui se prétendent patriotiques et vouloir aider ce pays et par ricochet, notre jeune roi, peuvent ils continuer à se pavaner, durant des années au  centre-ville et dans d’autres quartiers,  plongés dans le noir à cause d’une simple ampoule grillée, sans que cela ne leur cause le moindre pincement au cœur ?

Changer une simple petite ampoule lorsqu’elle est grillée, est ce trop demander pour un conseil communal ? Triste qu’on soit arrivé aussi bas !!!

Au début, quand  j’ai voulu parler de l’incompétence de nos dirigeants et de leur stérilité, j’ai d’abord voulu commencer par parler du passé de cette ville et le comparer  au présent pour mieux marquer la différence. Puis je me suis rappelé que toutes ces choses qui ont fait  et dont certaines font encore la fierté de cette ville, nous ont été laissées en héritage par les portugais et les français (en 40 années de colonisation)…Nos dirigeants à nous, ils ont fait quoi exactement (en 60 années d’indépendance) ?

Comment voulez vous  qu’un élu qui a « investi » 400 ou 800 millions de centimes pour être là où il se trouve aujourd’hui,  pense à nos petits soucis d’ampoules grillée et d’horloges en panne… ?

Un jdidi m’a fait un jour la confidence suivante: « tu sais lorsqu’on  retourne dans sa ville natale, on s’aperçoit que ce n’était pas l’endroit qu’on regrettait, mais son enfance. Nos souvenirs refont surface quand le présent n’est pas à la hauteur du passé. »

En attendant Godot, El-Jadida est en chute libre.

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/03/jdi.jardin.cho-1.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/03/jdi.jardin.cho-1.jpg?resize=150%2C150adminsRégionEl Jadida Scoop Lorsque la stèle en cuivre, représentant  le monarque feu Mohammed V, fut dérobée du parc du même nom, on avait cru que ce ne serait l’affaire que de quelques jours, voire de quelques semaines, avant qu’elle  ne soit remplacée et les « voleurs » présentés devant la justice. Que...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires