violence-2

Par; Khadija Choukaili

El-jadida défraye encore une fois la chronique par la recrudescence de la violence.

En effet, et bien qu’en période de fête, il est des gens qui sont mal lotis que d’autres. Et pour cause, El-Jadida s’est réveillée choquée par un événement révoltant, un crime odieux qui a été commis dans la nuit du jeudi à vendredi au douar Addahak, près de Hay Al Matar. La victime, un jeune dans la force de l’âge, a été égorgée de sang-froid, par un criminel, certainement sous l’effet de psychotropes. Cette drogue qui fait perdre à son consommateur tout contrôle de soi.

Loin de la politique, des abus de pouvoir et de la corruption qui préoccupent généralement la population jdidie, ce sujet non moins important doit être soulevé.

La ville sombre depuis quelques années dans une recrudescence de la violence et de la délinquance. Les agressions en plein jour se multiplient et se ressemblent par leur atrocité, révélant une situation, certes dramatique, mais incontrôlable par les autorités qui semblent dépassées par les évènements.

Le phénomène de « TCHARMIL » a vu le jour il y a quelques années et s’est répandu en prenant de l’ampleur dans pratiquement toutes les grandes villes, prenant pour cibles toute catégorie de citoyens en plein jour et même dans des endroits publics.

Comment de simples citoyens peuvent-ils se défendre face à un individu, ou une bande de criminels hurlants, armés de sabres et de poignards, fondant sur eux pour les détrousser, en les menaçant de mort et passant souvent à l’acte?

Comment combattre cette nouvelle forme de banditisme lancée par des voyous dopés aux psychotropes ?
La  Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) renforce de plus en plus les systèmes de sécurité, afin de rassurer les citoyens et les touristes étrangers, et procède souvent à l’arrestation de jeunes impliqués dans des crimes. Mais ces arrestations sont-elles suffisantes pour impressionner et réprimer ceux qui rêvent de chausser et de porter des articles de grandes marques sans en avoir la capacité financière ?

Ces jeunes démunis sombrent dans la consommation de psychotropes, sous forme de cocktails de médicaments qui donnent un sentiment de toute-puissance et peut pousser aux actes les plus extrêmes.

Ces psychotropes, communément appelés karkoubi, sont utilisés non pas comme remèdes médicaux mais comme drogues. Ils sont connus pour leur effet sur le système nerveux central, et ont pour conséquence de modifier la perception de la réalité. Leur prescription médicale pour certains troubles psychiatriques se fait avec prudence et sous contrôle médical. Ils peuvent être considérés comme des armes de destruction massive, du fait de leurs effets ravageurs sur la société. Leurs conséquences sont considérables sur la santé même de ceux qui les consomment.

Il faut rappeler que le trafic des psychotropes est spectaculaire dans la région du nord et qu’ils arrivent illégalement à travers la frontière algérienne pour y être vendus et acheminés vers les autres parties du royaume.

Comment les simples citoyens peuvent-ils se protéger contre l’agressivité de ces fous furieux ? Doivent-ils se barricader derrière des murs entourés de fils barbelés électrifiés pour se défendre et défendre leurs biens.

Il devient donc primordial de lutter contre ce fléau afin d’entraver sa propagation.

La question qui se pose c’est comment contrecarrer ce phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur ?

Bien qu’il soit difficile de trouver des solutions radicales et immédiates, il n’en reste pas moins que, certaines mesures doivent être prises par les autorités pour permettre à ces jeunes d’occuper leur temps libre et de déverser leur excès d’énergie dans des activités sportives et culturelles.

Toute activité permettrait de canaliser ces jeunes vers des centres d’intérêt leur permettant de se reconstituer une hygiène de vie qui peut se révéler un rempart contre la consommation de la drogue ou toute autre addiction. Ainsi, toute amélioration des conditions de vie quotidienne des jeunes protège contre l’attrait du paradis artificiel que procure la drogue.

Il serait temps de prendre le taureau par les cornes, sans se voiler la face, et orienter ces jeunes en améliorant leur quotidien. Des générations seraient sauvées par une bonne maitrise de la gestion du temps de ces jeunes débordant d’énergie.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/violence-2.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/01/violence-2.jpg?resize=150%2C150adminsSociétéPar; Khadija Choukaili El-jadida défraye encore une fois la chronique par la recrudescence de la violence. En effet, et bien qu’en période de fête, il est des gens qui sont mal lotis que d’autres. Et pour cause, El-Jadida s’est réveillée choquée par un événement révoltant, un crime odieux qui a été...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires