El-Jadida, une ville à la traîne…

ordures_3jdida

La propreté urbaine est un indicateur du civisme des citoyens, et c’est la première image que les visiteurs voient d’une ville.

Ses habitants ont aussi le droit et le souhait de voir leur ville propre et belle pour y vivre et y évoluer, dans un environnement favorable  à leur épanouissement et à leur santé, où l’hygiène est un souci majeur et récurrent, et une réalité quotidienne. La région du Nord,  notamment les villes de Tétouan, Martil, M’diq,  et Chefchaoun, est fidèle à ses objectifs en matière de propreté et d’entretien, et met un point d’honneur à agir concrètement dans ce domaine. Chaque fois que je vais  séjourner à Tétouan et Martil, je ne peux m’empêcher de faire la comparaison et je ne suis sûrement pas la seule à le faire, avec ce qui se passe à El-Jadida et un peu partout ailleurs.

Faire de ces villes du Nord des cités toujours plus agréables à vivre : telle est la mission à laquelle s’attachent quotidiennement les autorités locales et toute l’équipe municipale afin d’offrir aux habitants et aux visiteurs une qualité de vie à la fois propre et soignée, dans un environnement accueillant.

Chaque jour, une pléiade d’agents municipaux s’activent sans relâche pour embellir l’environnement, en plantant des fleurs partout, en entretenant le gazon,  en l’arrosant  tout le temps, et le nettoyant de tous les détritus qui peuvent s’y trouver. Presque tous les 200 m, un ouvrier portant un grand sac ramasse tout ce qui jonche le sol, feuilles et tiges mortes, petits bouts de papiers…

Des femmes plantent des fleurs tout le long des routes et des ronds-points. Une vraie fourmilière d’ouvriers hommes et femmes s’attellent à la tâche quotidiennement,  avec des moyens très modernes, pour embellir l’environnement, entretenir et faire vivre les espaces verts. Des camions citernes et des balais aspirateurs passent journellement pour balayer et arroser les rues, et les ordures sont ramassées à  heures fixes 3 fois / jour. Et ce n’est pas tout. Les gestionnaires locaux concentrent aussi leurs efforts sur d’autres aménagements, tels des bancs le long de la corniche, des poubelles disposées à courte distance les unes des autres,  l’aménagement des trottoirs pour faciliter l’accès aux personnes handicapées et l’aménagement d’allées spéciales pour les marcheurs.

Force est de reconnaître que d’importants efforts ont été réalisés  au cours des dernières années dans la région pour mettre en valeur son patrimoine naturel et environnemental. Ce qui crée certainement une fierté collective et d’appartenance.

Ces efforts continus s’effectuent quotidiennement, tout au long de l’année  et pas uniquement par occasions, ou à l’approche d’une éventuelle visite royale. Malheureusement,  il en va tout autrement dans nos autres villes.

Un manque flagrant de civisme et de non respect écologique y règne en maître absolu. A El jadida, par exemple, on assiste à une prolifération de toutes sortes de pollutions et de nuisances qui exposent les citoyens directement ou indirectement à plusieurs risques de maladies.

La ville agonise entre l’incapacité, l’ignorance, la mauvaise gestion et l’absence de stratégies claires et adaptées de son conseil municipal , et le je m’en foutisme des habitants . Ajoutons à tout cela les ferrachas et les marchands ambulants qui envahissent et salissent de plus en plus les espaces publics et piétonniers.

Une situation invivable qui dure et perdure dans le silence indifférent des gestionnaires de la ville.

Ça fait vraiment très mal.

Et ce qui est encore plus malheureux et révoltant, c’est qu’à chaque fois qu’il y’a une visite éventuelle de S. M le Roi, c’est tout un remue-ménage qui est mis en branle. Les arbres et les palmiers poussent comme par magie. Une myriade de fleurs multicolores est plantée durant la nuit. Les ordures disparaissent des endroits où pourrait éventuellement passer le cortège royal, les trous des chaussées sont colmatés à la va- vite, les trottoirs et les avenues sont balayés et lavés. Les projets sortent des tiroirs. Une vraie folie s’empare des services publics pour masquer la réalité, c’est le maquillage sur la morve.. Tout le contraire des villes de Tétouan et Martil où les travaux de réfection des routes, les plantations et les travaux d’embellissement sont effectués tout au long de l’année avec célérité et diligence.

A croire que ces gens du chamal viennent d’une autre planète appelée propreté et ordre, et nous autres de la planète chaos.. Nous sommes tous marocains n’est-ce pas?

La propreté est  le miroir du civisme… C’est l’affaire de nous tous et tout le monde doit s’y impliquer.

Khadija Benerhziel

Related posts

Leave a Comment