JDI.centre009

Le Grand El Jadida bouillonne. Elle est en effervescence. Elle se positionne, désormais, en grand pôle économique stratégique au Maroc. Ses gigantesques projets dénotent l’importance de cet essor sans précédent. L’accroissement des investissements, enregistrés par le CRI, atteste la forte attractivité de la province. Une véritable dynamique, favorisée par une position géographique privilégiée par la proximité de la côte atlantique qui bénéficie, à son tour, d’investissements publics et privés dans des secteurs porteurs enclenchée dans cette région.

Des projets d’envergure s’y développent, ainsi, dans la complémentarité de domaines aussi variés tels l’agriculture à travers l’irrigation modernisée et le tourisme. Cette destination se confirme par le plan Azur, le plan Biladi, ses stations balnéaires et ses sites historiques. L’industrie, avec Jorf Lasfar et des mastodontes de l’industrie locale et internationale passent également, à la vitesse supérieure. L’art et la culture, grâce au Salon du Cheval, aux festivals Jawhara, de la poésie méditerranéenne, des malhouniyates, de la fauconnerie ainsi qu’au séculaire moussem de Moulay Abdellah ne sont pas de mise. Ils s’imposent en tant qu’événements devenus incontournables. Le gouverneur d’El Jadida, Mouâad Jamai, plus conscient que jamais du potentiel de développement de la région, a mis au point une vraie approche territoriale intégrée à travers la requalification et la mise à niveau des 27 communes urbaines et rurales de la province. Un véritable combat auquel se doivent d’adhérer les présidents de ces communes conformément aux instructions royales.

Des pôles de compétitivité pour les communes rurales

Des diagnostics sont réalisés et des projets structurants d’envergure, pour toutes ces communes, ont été présentés lors de l’organisation des  éditions de «La Conférence des Présidents». L’objectif est de créer des pôles de compétitivité efficients. De cette vision, le plan urbanistique et la requalification urbaine de la ville d’El Jadida sont devenues une priorité concrète pour le gouverneur. Un quartier administratif est en train de se construire au sein du projet de l’ancien aéroport dans le but de créer une nouvelle centralité pour la ville et de délocaliser les bâtiments administratifs qui occupent, actuellement, des espaces bordant le littoral. Il s’agit de valoriser la façade maritime avec des activités touristiques créatrices de richesses et de valeurs. Par ailleurs, le pôle urbain de Mazagan (PUMA) est un autre projet d’envergure. Les options d’aménagement de ce nouveau pôle urbain, situé à la sortie nord de la ville près de la Station touristique Mazagan, prévoient une zone résidentielle, un palais des congrès, un complexe artisanal et des espaces culturels, de loisirs et sportifs.

Animée toujours de cette dynamique, la province d’El Jadida avait provoqué les 23, 28, et 30 mars de cette année des rencontres communicatives sur le thème « Plans d’actions intégrés pour Un développement local équitable et durable » en présence des présidents des collectivités territoriales, des élus et des représentants de la société civile.

Une opportunité saisie par Mr Mouâd Jamiî, le gouverneur de la province, pour préciser que ces rencontres ont eu lieu suite à la validation du plan de développement régional le 6 mars 2016 et en conformité avec les exigences énoncées dans le cadre des lois relatives aux régions, préfectures, provinces et collectivités territoriales. Toujours dans cette optique explicative, il avait souligné que de telles rencontres tendent à mettre en place de véritables plans d’action s’adaptant aux spécificités locales mettant le citoyen au centre des préoccupations.  

La province d’El Jadida, avait-t- il rappelé, avait mis, depuis 2010, un plan de développement stratégique valorisant des vocations économiques multiples qui s’inscrivent dans le cadre d’une économie circulaire.

Cette vision perspicace et éclairée a permis aux secteurs clés de la province, qui sont l’agriculture, le tourisme et l’industrie, de fonctionner en synergie et complémentarité dans le but de garantir une équité socio- économique entre les  milieux urbain et rural et d’améliorer la qualité de vie et l’offre de services pour un développement humain harmonieux et durable.

A cet effet et pour que les collectivités territoriales puissent élaborer leurs plans d’actions, le conseil provincial engagera des bureaux d’étude pour les accompagner. Cette initiative vise à établir des diagnostics mettant en évidence les potentialités économiques, sociales et culturelles des collectivités, à décortiquer les besoins prioritaires en concertation avec les acteurs concernés et à fixer les projets et activités prioritaires en prenant en considération les ressources financières disponibles ou à mobiliser en instaurant des mécanismes de suivi des projets programmés.  

Un palais des congrès et un parc d’expositions

Un développement urbain planifié permet de lutter efficacement contre l’habitat insalubre.

C’est donc pour répondre à cette demande, que près de 8.000 logements sociaux sont, actuellement, en cours de construction. Un parc d’expositions d’El Jadida est un autre gigantesque projet qui a vu. Cette réalisation impulsera fortement les activités liées à la filière équine. Cet important parc multifonctionnel a été bâti sur une superficie de plus de 46 ha pour un investissement global de 390 MDH. Il abrite, entre autres, le Salon du Cheval d’El Jadida. Les dynamiques économiques et la croissance démographique ont été prises en compte par le SDAU (Schéma directeur) du Grand El Jadida. Ce découpage territorial novateur est désormais composé de cinq communes et de leurs zones périphériques.

Le plus grand marché de gros au Maroc

La province sera composée de deux communes urbaines : EL Jadida, Azemmour, d’une commune rurale : My Abdellah, de centres balnéaires de Sidi Bouzid, Haouzia ainsi que de deux centres ruraux qui sont Ouled Ghadbane et Sidi Ali Ben Hamdouche. L’aménagement de son schéma directeur a été établi par l’agence urbaine dans un double objectif d’équilibre et de complémentarité entre les différentes vocations de ses composantes territoriales. S’agissant du développement de l’agriculture, il sera créé à Bir Jdid sur 1.000 ha, le plus grand marché de gros du Maroc, comparable à celui de Rungis en France, et qui sera doté d’un pôle logistique. Des études en cours sont menées par la direction régionale d’agriculture (DRA) pour définir différentes options, à travers le transport urbain, qui demeure une autre préoccupation majeure. Le tracé de bus articulés est tracé et la réflexion sur la mise en place d’un RER est, déjà, engagée. Néanmoins après la mise en service du pipeline pour le transport des phosphates entre Khouribga et Jorf Lasfar, le trafic au niveau de la voie ferrée sera allégé. Ce qui permettra de programmer des navettes régulières par tram-train entre Azemmour et Jorf Lasfar, en desservant les différentes agglomérations et localités le long de ce trajet. Les chantiers sont ouverts et le challenge, aujourd’hui, est d’allier une bonne gouvernance au développement économique et social.

Azzedine Hnyen

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/07/jdi.centre1.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/07/jdi.centre1.jpg?resize=150%2C150adminsRadar Sur El JadidaLe Grand El Jadida bouillonne. Elle est en effervescence. Elle se positionne, désormais, en grand pôle économique stratégique au Maroc. Ses gigantesques projets dénotent l’importance de cet essor sans précédent. L’accroissement des investissements, enregistrés par le CRI, atteste la forte attractivité de la province. Une véritable dynamique, favorisée par...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires