sardine

Par: Khadija Choukaili

Le port de pêche d’El Jadida connait ces derniers jours une recrudescence de la violence et du vol.

En effet une bande de criminels sème la terreur dans les rangs des pêcheurs et les commerçants qui vivent au quotidien sous la menace  de ce gang qui les dépouille de leurs marchandises et de tout ce qui peut constituer une quelconque valeur.

Cette bande de criminels, en l’absence d’agents de la Sûreté Nationale en nombre suffisant, a envahi le port et le contrôle en maître absolu,  en semant la terreur en menaçant leurs victimes de leurs armes blanches.

Ce mercredi  27 février a été particulièrement tragique pour les marins qui ont été attaqués par deux criminels munis de sabres et qui ont tenté de s’approprier la cargaison de poissons que les commerçants s’apprêtaient à vendre, en utilisant comme arme tout ce qui leur tombait sous la main.

L’un des agresseurs a violemment attaqué un marin en lui assénant un coup par le jet d’une bonbonne qui l’a atteint à la main lui causant une grave fracture. Les  marins ont finalement fini par le maîtriser pendant que l’autre prenait la fuite.

Le port de pêche subit quotidiennement ce genre d’agression au vu et au su de tout le monde, sans aucune intervention des autorités.

La Sûreté Nationale semble avoir déserté les lieux, laissant ces pauvres citoyens commerçants livrés au sort de confronter seuls ces criminels armés et sans scrupule.

Tous ces marins et ces commerçants lancent un appel  aux autorités sécuritaires, au Directeur National de la Sûreté Nationale ainsi qu’à la Direction Régionale d’El Jadida pour assurer leur sécurité et pour défendre leurs intérêts au sein du port, en affectant un personnel sécuritaire qualifié et en bonne condition physique, en mesure de porter assistance à ces citoyens vulnérables face à ces gangs bien armés.

Il faut rappeler que dans le jargon de la police d’El Jadida , il existe trois points noirs où la violence et les agressions sont de mise et sont communément appelés  les « 3 M » pour nommer « Marsa » (port), Mahata (gare routière) et Marché, qui représentent de véritables fiefs où les criminels, (d’anciens détenus entre autre, ou des personnes qui vivent en marge de la société en raison de leur vulnérabilité sociale), et qui trouvent en ces lieux une possibilité de se faire facilement de l’argent pour survivre en revendant du poisson, ou en travaillant comme courtiers à la gare routière ou encore, en travaillant comme hommes « de peine » auprès des marchands de légumes. Au fil du temps ils deviennent les maîtres de ces lieux et en font le quartier général de leurs activités douteuses.

Ceci dit, il est certain qu’à chaque mal, il existe un remède. Les autorités devraient doubler d’effectifs d’agents de sécurité bien entraînés pour faire face à ces gangs qui sont généralement armés et préparés à riposter contre les policiers. Les patrouilles devraient effectuer leurs rondes de manière permanente dans ces points noirs où l’insécurité règne.

Espérons que l’appel de ces marins sera entendu pour qu’ils  puissent exercer leur métier dans un climat où ils se sentiront en toute sécurité.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/03/jdi.port-1.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/03/jdi.port-1.jpg?resize=150%2C150adminsActulaitésPar: Khadija Choukaili Le port de pêche d’El Jadida connait ces derniers jours une recrudescence de la violence et du vol. En effet une bande de criminels sème la terreur dans les rangs des pêcheurs et les commerçants qui vivent au quotidien sous la menace  de ce gang qui les dépouille...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires