El Jadida : Un citoyen réagit suite aux dégâts causés sur sa voiture par un nid de poule… Le calvaire des citoyens continue

La multiplication des nids-de-poule continue à inquiéter les citoyens, à juste titre, puisqu’ils subissent quotidiennement des désagréments, pour ne pas dire de grands dégâts, qu’ils supportent, bon gré mal gré, sans que les autorités communales lèvent le petit doigt pour entamer un réaménagement sérieux et efficace des voiries.

En effet, un citoyen, dont le véhicule a été sérieusement endommagé par un énorme trou qu’il a tenté d’éviter à Hay Bennani, a exprimé son mécontentement et a entamé une procédure de demande de dédommagent en alertant les autorités sécuritaires et en faisant constater les dégâts matériels par un huissier de justice.

Force est de constater que cette question de nids de poule qui foisonnent dans toute la ville est devenue récurrente, et nul n’ignore que c’est avant tout une question d’infrastructure de base, d’une gestion communale qui laisse à désirer, et enfin mais surtout, d’une maintenance des voiries qui n’est jamais réalisée dans les règles de l’art, pour ne pas dire qu’elle est quasi-inexistante dans le jargon des gestionnaires de la chose publique de cette ville tant délaissée.

Il faut rappeler que nul n’est à l’abri d’être surpris par un nid de poule dans la chaussée, ou d’une accumulation de gravillons qui occasionne des dégâts sur les véhicules, voire un accident de la route. À moins d’une couverture assurantielle dite « tous risques », il n’est pas rare que des frais de remise en état du véhicule restent à la charge du citoyen, victime de ces désagréments.

Dans ces conditions, il devient opportun de solliciter réparation de ces dommages auprès du gestionnaire de la voirie, en l’occurrence, la commune urbaine.

Il faut noter également qu’en cas d’accident de la route pour défaut de voirie,  on peut avoir un recours contentieux en saisissant la justice, en tant que citoyen s’acquittant des impôts qui lui sont dus.

La gestion d’une ville est une lourde tâche qui ne tolère pas le laxisme. Il est déconcertant de voir une si belle cité, disposant de tant de richesses naturelles et d’atouts pour être parmi les meilleures villes du royaume, tomber dans cette dégradation révoltante.

Pourrait-on encore oser qualifier cette ville de touristique quand on voit l’état de ses rues mal propres, de ses artères parsemées de nids de poules, de ses boulevards mal éclairés, de ses espaces publics squattés par des marchands ambulants ? … et la liste est longue.

Une ville, c’est aussi une vision stratégique à long terme, qui permet, avant tout, de veiller à assurer le bien-être du citoyen en lui offrant un cadre de vie décent.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment