El Jadida : Un chien attaque un promeneur sexagénaire à la forêt d’Al Haouzia.

En cette matinée du mercredi 19 mai, un homme retraité a été grièvement attaqué par un dangereux chien, pendant qu’il pratiquait son footing à la forêt d’Al Haouzia.

Le  chien était accompagné de son maitre, mais sans laisse, ni muselière. Une négligence de la part du propriétaire du chien (un étranger en l’occurrence), qui aurait pu être fatale au sexagénaire, qui s’est débattu, tant bien que mal, et s’est livré à un réel combat contre l’animal agressif.

Il s’en est sorti avec une grave morsure au niveau du bras droit, qui a nécessité son transfert d’urgence dans une clinique privée afin de recevoir les soins nécessaires.

Le chien a fini par être maitrisé après avoir provoqué une grande terreur auprès des personnes présentes.

Il faut reconnaitre que depuis quelques mois, nous avons attiré l’attention sur l’insécurité qui règne au niveau de cette forêt qui est devenue, depuis quelques années, le lieu favori pour les sportifs qui y pratiquent leur jogging, leurs balades à vélos tout terrain, ou tout simplement, pour les promeneurs qui viennent en famille s’y délasser.

Un coin paradisiaque pour les sorties familiales pour un moment de détente.

Malheureusement, aucune mesure n’a été prise pour assurer la sécurité des citoyens qui l’envahissent quotidiennement et s’y rendent à leurs risques et périls, étant donné qu’elle ne dispose d’aucune surveillance.

L’incident de ce mercredi remet en question la négligence des autorités quant à l’application de la loi 52-12 qui réglemente la détention et le dressage des chiens dangereux.

Il y a quelques mois, un appel a été lancé par la DGSN auprès de l’ensemble de ses services décentralisés pour l’application stricte de la réglementation en vigueur.

Ainsi, une circulaire relative à la détention et du dressage des chiens dangereux a été établit concernant ce phénomène qui met en danger la sécurité des citoyens.

Les directives afférents à cette circulaire sont claires et visent la lutte contre la prolifération des races de chiens classées comme dangereuses.

Pour rappel, la loi 52-12 classe parmi la catégorie des chiens dangereux tous les chiens qui se distinguent, au regard de leur race ou de leurs caractéristiques morphologiques, par une agressivité présentant un danger pour l’homme.

En vertu de ce même texte, la propriété, la détention, la garde, la vente, l’achat, l’exportation, l’importation, l’élevage ou le dressage des chiens dangereux sont formellement interdits.

Les ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture ont ainsi listé six races de chien dont l’élevage, l’adoption, ou la revente est passible d’une peine allant de deux à six mois de prison ainsi que d’une amende pouvant aller jusqu’à 20.000 dirhams.

Ces six races sont le Staffordshire Bull Terrier, l’américain Staffordshire Bull Terrier, le Pitbull, le mastiff, le Boerboel ou encore le Tosa inu.

Avec ces lois et ces circulaires qui ne sont jamais appliquées, le citoyen est en mesure de se demander si sa sécurité a une infime valeur aux yeux des autorités.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment