El Jadida : Un accident insolite sur la corniche a fait 2 blessés

Le moins qu’on puisse dire de cet accident survenu le mercredi 27 octobre sur la corniche d’El Jadida, pas loin du port, c’est qu’il était insolite!

Le conducteur d’une DACIA a brusquement quitté la voie pour se diriger tout droit sur la voie opposée, percutant de plein fouet deux voitures qui étaient en stationnement et un taxi, causant une collision en chaine et faisant deux blessés dont le chauffeur dudit taxi. Par chance, le véhicule n’a pas atteint l’allée de la corniche où jouaient des enfants, en compagnie de leurs parents.

La cause de ce carambolage reste encore indéterminée et seule l’enquête policière définira les circonstances de ce grave accident qui a provoqué d’importants dégâts matériels au niveau des véhicules et deux blessés dont l’un a été jugé dans un état critique.

Le conducteur mis en cause aurait-il esquivé un obstacle ? Ou était-il sous l’effet de d’un stupéfiant ? Ou aurait-il perdu le contrôle de son véhicule sous l’effet de l’alcool ? Impossible de savoir pour le moment.

Mais au-delà de cet accident insolite et de ses conséquences, il est opportun de s’attarder sur les chiffres officiels relatifs aux accidents de la circulation, qui sont généralement dus à l’inadvertance des conducteurs, au non-respect du code de la route, au défaut de maîtrise des véhicules, et à la conduite sous l’emprise de l’alcool. 

Selon un communiqué de la DGSN, durant la semaine allant du 31 mai au 6 juin 2021, 18 personnes ont perdu la vie et 2.312 autres ont été blessées, dont 95 grièvement, dans 1.715 accidents de la circulation survenus en périmètre urbain. Des chiffres alarmants qui nécessitent une sérieuse campagne de sensibilisation, voire de lutte contre certaines causes comportementales liées essentiellement à la conduite en état d’ébriété excessive.

Cette cause liée à l’alcool est une attitude pour le moins périlleuse, mais qui pourrait être maitrisable, si  les agents sécuritaires sont dotés d’appareils de mesure du taux d’alcoométrie. Une mesure de prévention qui a fait ses preuves dans d’autres pays.

Au Maroc, ce contrôle se fait-il systématiquement en cas de doute sur l’état d’ivresse du conducteur ?

Au cas où, le conducteur doit, dans un premier temps, souffler dans un alcootest et s’il se révèle positif, il est alors fait recours à l’éthylomètre, qui permet de mesurer avec précision la teneur en alcool dans le sang.

Rappelons que la conduite sous l’emprise de l’alcool est sanctionnée par le Code de la route. Le contrevenant risque une amende de 5.000 à 10.000 DH et/ou une peine d’emprisonnement de 6 mois à un an ainsi que le retrait du permis de conduire pour une période allant de 6 mois à un an. En cas de récidive, l’amende et les autres sanctions sont doublées.

Certes, la loi existe, mais les alcootests sont-ils disponibles au Maroc ?

Leur application  stricte pourrait en dissuader certains de faire le choix de « boire ou conduire », afin d’éviter le risque d’être à l’origine d’accidents, ou lourdement sanctionné.

KhadijaChoukaili

Related posts

Leave a Comment