suicide55

 Par: Khadija Choukaili

Si l’on devait retenir une seule marque de décadence, ce serait probablement cette terrible décision que certaines personnes finissent par prendre, quand, étant complètement anéanties et désespérées, elles choisissent de mettre fin à leur vie. Cela laisse perplexe, choqué, désorienté face à des situations où l’être humain renonce à vivre.

En ce samedi, dans un douar relevant de Tnine Chtouka dans la province d’El Jadida, une femme divorcée depuis 2012, s’est donnée la mort par pendaison. Elle vivait, depuis son divorce, elle et son fils unique chez ses parents et ne semblait souffrir d’aucun trouble psychique.

En effet, vers 2 H 30 mn du matin de ce samedi, la mère de la défunte a été réveillée  par les cris de son petit fils qui appelait sa mère. Ayant accouru à la recherche de sa fille, et en ouvrant la porte, elle découvrit le corps de cette dernière, pendant, sans vie, au bout d’une corde accrochée à un arbre.

Les éléments de la gendarmerie royale se sont rendus sur les lieux et le corps fut transporté à la morgue de l’hôpital régional Mohammed V d’El Jadida, où il sera procédé à son autopsie sur instruction du procureur du roi, pour confirmation ou non du suicide.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/11/suicide55.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/11/suicide55.jpg?resize=150%2C150adminsLibre Opinion Par: Khadija Choukaili Si l’on devait retenir une seule marque de décadence, ce serait probablement cette terrible décision que certaines personnes finissent par prendre, quand, étant complètement anéanties et désespérées, elles choisissent de mettre fin à leur vie. Cela laisse perplexe, choqué, désorienté face à des situations où l’être humain...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires