jdi.circulation1

Par : Khadija Choukaili

M’étant égarée hier matin dans les rues d’El Jadida et cherchant à trouver un raccourci me menant vers le centre-ville, je me suis retrouvée dans l’une des ruelles se trouvant vers la gare routière. Au volant de ma voiture, j’ai essayé, tant bien que mal de me frayer un chemin entre  marchands et  « restaurateurs » ambulants. Et je me retrouve face à face avec un policier en scooter, venant en sens inverse. Il me fit signe de faire marche-arrière et m’aidant même à faire les manœuvres nécessaires pour me retourner vers le milieu de la ruelle et sortir sur la grande avenue, avec amabilité et respect, tout en m’expliquant qu’à ce niveau de la ruelle, il y avait un panneau signalant le sens unique. Sûre de moi, je lui ai rétorqué que la rue était à double sens. Et A ma grande surprise, il m’indiqua effectivement la présence d’un panneau, bien camouflé derrière des parasols, des tables et des chaises, dans un petit taudis qui ressemblait à une sorte de cagibi où on servait comme qui dirait des sardines grillées.

La situation frôlait le ridicule du fait que même l’agent devant assurer la sécurité et le respect du code de la route, car c’est bien de cela qu’il s’agissait m’ayant surprise en flagrant délit, ne semblait pas dérangé par cet état des choses, que tout le monde trouvait normal, sauf moi, en parfaite paysanne à Paris, méconnaissant apparemment un nouveau code de conduite dont seuls les « nouveaux » jdidis connaissent les règles. Retrouvant enfin mon chemin, je me suis arrêtée un moment pour méditer sur la situation.

Mais qu’est-il advenu de cette belle cité bien propre et organisée dont les souvenirs sont bien gravés dans ma mémoire ?

Se peut-il qu’on ait troqué ses belles ruelles bien propres contre ces décharges publiques à ciel ouvert ?

Où sont passés le civisme et la citoyenneté des habitants qui préservaient l’environnement et le charme qui se dégageaient des venelles de cette belle petite ville ?

Comment peut-on se permettre de camoufler un panneau de signalisation au bon vouloir d’un simple citoyen ?

La rancœur et la déception ont envahi mon cœur.

Fallait-il pleurer pour le sort de la ville, ou rire du ridicule de la situation ?

Le plus décevant c’était bien de constater que les mentalités ont changé si bien que la règle générale est devenue cet individualisme qui sévit et qui, semble-t-il, n’a pas l’air de déranger ni les citoyens, ni ceux qui ont la prétention de les protéger et préserver leurs intérêts.

Il est bel et bien enterré le temps où El Jadida fut classée comme étant la ville la plus propre du Royaume. On se lamente, on s’indigne, on regrette et on prend notre mal en patience en attendant que les autorités compétentes veuillent bien prendre au sérieux l’état désastreux dans lequel se trouve la ville.

Mais ces gens-là, semblent avoir bien enterrer la fibre de conscience et de citoyenneté censée les animer pour entreprendre des actions en mesure de rétablir la beauté, la propreté et même l’ordre qui y régnaient.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/07/jdi.0.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2016/07/jdi.0.jpg?resize=150%2C150adminsFocusPar : Khadija Choukaili M’étant égarée hier matin dans les rues d’El Jadida et cherchant à trouver un raccourci me menant vers le centre-ville, je me suis retrouvée dans l’une des ruelles se trouvant vers la gare routière. Au volant de ma voiture, j’ai essayé, tant bien que mal de me...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires