El Jadida : Quel sera son sort avec un second mandat de Ben Rbiâ ?

Certes, les élections communales et régionales ne sont pas terminées, car le scrutin du 8 septembre a juste permis de sélectionner les conseils régionaux et communaux, et de déterminer les élus qui vont gérer les communes urbaines, rurales ainsi que les régions, pour parvenir, en fin de compte, à élire un président et à constituer un bureau dont les membres se partageront les tâches et les responsabilités.

Le scrutin des conseils communaux, régionaux, préfectoraux et provinciaux, aura lieu entre le 16 et le 25 septembre, et les habituelles négociations d’alliances auront lieu durant cette période, sachant que le processus électoral, prendra fin le 5 octobre avec l’élection de la chambre des conseillers

Inutile de rappeler donc, que dans ces conditions, les négociations vont bon train et les alliances se font à la vitesse grand « V ».

Ainsi, et dans cette course effrénée, on a assisté à la diffusion d’un « communiqué commun et charte d’honneur » en date du 11 septembre, relatif aux préparatifs préalables au vote du président de la Commune d’El Jadida et des membres du bureau de gestion par  neuf partis. Un communiqué qui annonce la décision « unanime de déléguer la présidence de la Commune à Jamal Ben Rbiâ ».

Ce communiqué, relève également que « les intérêts de la population d’El Jadida étant au-dessus de toute considération, le staff de gestion de la commune devrait être soudé et solidaire, ayant des objectifs basés sur l’engagement politique et moral envers les habitants ». Il relève également « l’alliance solidaire entre lesdits partis, qui sont réunis sous un programme commun ayant une même vision ».

Des déclarations politiciennes qui ne servent, à première vue, que les intérêts personnels de chacun de ces élus, et qui ne mettront peut-être jamais l’intérêt de la population au-dessus de toute considération. On ne peut, certes pas, être leurré en considérant la situation désastreuse de la ville qui s’est considérablement détériorée durant ces dernières années.

Déclarations d’un communiqué qui tente de mettre en exergue une réalité utopique que certains élus essaient de construire de toutes pièces afin de sauvegarder leurs intérêts politiques, et qui démontrent que les urnes en ce 8 septembre n’ont rien changé dans le sort communal de la ville d’El Jadida. Car même en changeant la carte politique du Royaume par une défaite cuisante du parti de cette lampe « grillée », et la juste victoire du trio RNI, PAM et PI qui se présente comme une alternative crédible au PJD, rien ne favorise un changement dans la ville.

En effet, après un mandat de six années durant lesquelles le président élu a tenu les rênes de la gestion d’une des plus riche communes du Royaume, sans rien réaliser de concret, il est difficile d’imaginer une quelconque amélioration à court ou à moyen terme.

Certes, sur le plan pratique, même quand on a obtenu plusieurs sièges au scrutin, si un parti ne dispose pas de la majorité, il est obligé de chercher des alliances auprès d’autres partis. Il est évident de procéder à des négociations où chacun utilise ses cartes afin d’obtenir une présidence, une vice-présidence, ou même une commission au sein du parlement, et ces alliances ont donc abouti à la réélection de Jamal Ben Rbiâ.

Que peut-on donc dire d’autre ? Sinon espérer que l’avenir de la ville soit meilleur sous la présidence de Ben Rbiâ qui en tiendra les rênes encore pour cinq (05) nouvelles années.

Wait and see !

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment