bus 5

Par: Khadija Choukaili

Il fut un temps où à El Jadida bonnes manières et éducation rimaient avec féminité. Un temps où la femme ne représentait que gentillesse, douceur et timidité. Malheureusement, ce temps est bien révolu depuis que certaines femmes ne respectent plus les valeurs morales et la pudeur qui caractérisent le sexe dit « faible ». Celles-ci se comportent avec rudesse et osent même s’essayer à la violence et à l’agression.

En effet, en ce vendredi 22 février, une passagère de la ligne 7 des autobus reliant  Douar Oulad Saâed Darraâ relevant de la Commune de My Abdellah à El Jadida, s’en est pris au chauffeur en lui intimant l’ordre de s’arrêter au niveau d’une usine sur la route de Marrakech.

Cependant, et avant de quitter le bus, elle lui demanda de lui rendre le prix du ticket qui est de 3 dirhams. Chose qu’il a décliné, lui expliquant qu’une fois le billet pointé par l’appareil électronique réservé à cet effet, son prix est comptabilisé  et qu’il devient impossible de le restituer.

La réaction du chauffeur a provoqué chez la femme une certaine hystérie qui l’a poussée à fracasser l’appareil et à l’injurier grossièrement, avant de détruire la caisse qui contenait la somme de 250 dirhams en pièces. Elle a ensuite quitté le bus et a disparu dans la nature.

Cet incident a causé des dégâts matériels importants pour la société Econux. La valeur de l’appareil électronique qui a été détruit est estimée à 35 000 dirhams, sans parler de l’agression physique sur la personne du chauffeur.

Sitôt alertés, les agents de la Sûreté Nationale relevant du 3ème arrondissement, ont entamé leurs investigations selon la loi en vigueur, aidés par la caméra installée dans le bus qui a filmé la scène et par des témoins oculaires, et ont pu conclure que la mise en cause réside au Douar Oulad Saâed Darraâ.

Cet acte démontre, s’il en est encore besoin, la recrudescence de la violence à El Jadida, et illustre combien l’insécurité règne dans la ville.

Les actes de vandalisme perpétrés sur des autobus se répètent infligeant des dégâts matériels importants à cette société qui persiste à rendre service à la population  en reliant les douars les plus éloignés au centre-ville, tout en leur assurant un transport décent.

Cette insécurité illustre l’absence des agents de la Sûreté Nationale qui devraient effectuer des patrouilles dans tous les recoins de la ville et de sa banlieue. Les autorités devraient prendre les mesures qui s’imposent pour la sécurité aussi bien des citoyens que des biens qu’ils soient personnels ou publics.

Le problème réside également dans le manque d’encadrement et de sensibilisation de cette vague de jeunes submergée de psychotropes et ne disposant pas de lieux de distraction où évacuer leur plein d’énergie.

Il serait grand temps de coordonner les efforts entre les structures afin d’assurer aux citoyens ce droit légitime de bénéficier de la sécurité et vivre sereinement au sein de leur ville.

Serait-on en train de vivre une véritable mutation de la société ?

Si la violence commence à se conjuguer au féminin, c’est à se demander ce que seront les générations futures.

http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/01/bus-5.jpg?fit=1024%2C1024http://i1.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/01/bus-5.jpg?resize=150%2C150adminsDiversPar: Khadija Choukaili Il fut un temps où à El Jadida bonnes manières et éducation rimaient avec féminité. Un temps où la femme ne représentait que gentillesse, douceur et timidité. Malheureusement, ce temps est bien révolu depuis que certaines femmes ne respectent plus les valeurs morales et la pudeur qui...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires