simon

Par: Khadija Choukaili

La cohabitation judéo-musulmane s’est de tout temps caractérisée par ces valeurs communes à plus d’un égard:  historique, religieuse et même culturelle. Entre Islam et Judaïsme, juifs et musulmans ce dialogue interculturel et inter religieux constructif a toujours distingué ces communautés en les rapprochant et en leur attribuant une certaine complémentarité.

Cependant, après le départ des membres de cette communauté, l’absence d’entretien et de  maintenance du patrimoine juif a fait disparaître certains édifices qui témoignaient de l’empreinte de la syculture et du vécu qu’ils ont laissés dans cette ville qui était aussi la leur.

La famille Bensimon est l’une des familles notables de la communauté juive d’El Jadida. Une famille qui a marqué l’histoire de cette ville par cet édifice historique, une synagogue qui porte le nom de la famille et où les juifs jdidis pratiquaient leur culte en toute quiétude.

Ainsi,au début du 20ème siècle,Nessim Bensimon et ses trois frères Messaoud, Abraham et Mordechai ont bâti la synagogue qui fut dédiée en 1926 à la mémoire de la première femme de Nessim, Sulika, décédée en accouchant.

sy1Ce lieu de culte qui portait officiellement le nom hébreu de « Sha’arHashamayim » qui veut dire « les portes du Paradis », était un bel édifice, dont le sol et l’autel étaient en marbre importé d’Italie et disposait d’une bibliothèque où on trouvait des écrits  et des livres sur la religion juive.
Cette synagogue délabrée du fait de l’abandon et des effets du temps, à cause des départs des membres de la communauté juive, fait actuellement l’objet d’un projet de sa réhabilitation et sa transformation en musée dédié à la culture juive.

En effet, un article ayant été écrit par Mustapha Jmahri en février 2018 et intitulé « La synagogue Bensimon à El Jadida défie le temps », a suscité l’intérêt d’une héritière de la famille Bensimon.

Cette héritière installée   en Angleterre et nommée Marlène Bensimon, avait exercé à Casablanca en tant que professeur et a, au nom de la famille, en l’occurrence les descendants de Nessim, Messod, Abraham et Mordechai qui vivent surtout aux USA, exprimé le souhait de transformer cette ancienne synagogue en musée.

Elle a donc préparé un dossier et a fait le déplacement à Casablanca où elle a été reçue le 23 janvier 2018 par les responsables de la communauté juive qui ont la charge de la conservation des monuments historiques juifs, à qui elle a remis le projet pour étude et approbation.
Elle a également effectué un déplacement à El Jadida pour s’enquérir de l’état de la synagogue et en prendre des photos pour renforcer sa sy2demande de réhabilitation.

Le projet consiste en la transformation de cet édifice en un musée et d’en faire un espace de cohabitation, dédié à l’échange et à l’animation culturelle et touristique.

Marlène Bensimon, petite-fille de Saâdia Bensimon, a grandi à Casablanca et a fait ses études à Rabat puis à Grenoble. Elle a exercé comme enseignante au Maroc puis au Canada. Elle s’est mariée en 1979 à Londres où elle est devenue psychothérapeute.

Par ce projet qui lui tient tant à cœur, elle démontre ainsi son attachement à ses origines marocaines et jdidis et au patrimoine de sa ville qu’elle voudrait préserver.

Par son emplacement sur la place Abdelkrim Khattabi, ce projet qui sera incessamment réalisé, contribuera au changement de cette place séculaire et lui donnera un cachet bien particulier.

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/02/simon.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/02/simon.jpg?resize=150%2C150adminsArrêt Sur ImagePar: Khadija Choukaili La cohabitation judéo-musulmane s’est de tout temps caractérisée par ces valeurs communes à plus d'un égard:  historique, religieuse et même culturelle. Entre Islam et Judaïsme, juifs et musulmans ce dialogue interculturel et inter religieux constructif a toujours distingué ces communautés en les rapprochant et en leur attribuant...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires