jdi.rot.occupatrion

El Jadida Scoop

Reine. Oui, elle l’était. Reine des plages. Sereine, pudique où la vie s’écoulait tranquille dans une monotonie agréable. Sa cité historique. Son climat doux. Son théâtre majestueux et impérial.

Ses plages sont interminables. Sa terre riche et fertile. Tout en elle caractérisait la quiétude, la beauté et laissait présager le meilleur des sorts et des destinées. Reine dans sa splendeur. Majestueuse sur son piédestal, elle scrutait l’horizon. Confiante et rassurée.

Hélas ! La réalité a évincé le rêve. Le piédestal est tombé et la Reine s’est écroulée. Elle a perdu sa couronne et sa pudeur. L’ombre noire du ridicule masque ses traits, jadis, fins et ensorceleurs. La Reine agonise. Elle se meurt, minée par le mal, pataugeant dans la pourriture, vaincue par la honte et le ridicule. Tout y est de travers.

L’anarchie est totale et personne ne semble s’en soucier. L’espace public est constamment piétiné. Les passages piétons sont occupés et les vestiges d’une cité séculaire sont défigurés. Aucune âme et plus aucun charme.

Aujourd’hui, dans l’ultime sursaut d’un agonisant, dans un dernier souffle d’honneur, elle fait, de son mieux, pour dévoiler le secret de sa déchéance. Elle essaie de s’exprimer, d’incriminer. Elle essaie de soulager sa conscience. Peut- être que le mince et fragile fil, la retenant, trouverait qui le consolide.

Livrée à elle-même, elle se meurt dans l’indifférence des siens. De ceux JDI.SOUK 9qu’elle avait, tendrement, bercés. Elle se meurt de ce mal qui la torture et la ronge. Telle une tumeur dont les racines s’ancrent et se propagent. Touchée à mort dans ce qu’elle a de plus cher au monde.

La débauche sévit. La criminalité règne. Les débits de boissons que fréquentent les filles de joie, mineures et majeures, ne désemplissent pas. Les lieux de déperdition poussent comme des champignons. La mendicité bat son plein…

El Jadida, le fameux «Mazagan», agonise. Elle se meurt. Et pendant ce temps, que fait notre « respectable» conseil municipal ? Il est aux abonnés absents. Sauf pour ses intérêts particuliers. Il se distingue par sa nonchalance et son manque de devoir et de responsabilité.

La Reine est entre des mains impitoyables. Elle balbutie la pauvre pour appeler du secours…Y a- t- il un sauveur ?

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/08/jdi.occupation2.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2015/08/jdi.occupation2.jpg?resize=150%2C150adminsFocusEl Jadida Scoop Reine. Oui, elle l’était. Reine des plages. Sereine, pudique où la vie s’écoulait tranquille dans une monotonie agréable. Sa cité historique. Son climat doux. Son théâtre majestueux et impérial. Ses plages sont interminables. Sa terre riche et fertile. Tout en elle caractérisait la quiétude, la beauté et laissait...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires