El Jadida : Naufrage d’une embarcation de fortune transportant une centaine de migrants clandestins

embarcation

Des scènes d’embarcations prenant le large ou encore des corps repêchés en mer sont des images qui en ont émus plus d’un. Des images de migrants clandestins qui nous plongent dans la tristesse et l’indignation. Des dizaines de petites embarcations, souvent surchargées de jeunes vulnérables ayant pour seul objectif d’atteindre l’autre rive, quittent le Maroc en direction de l’Europe, avec l’espoir de tourner la page d’un passé misérable pour retrouver une vie décente.

C’est ainsi qu’en ce lundi vers 9 heures matin, les éléments de la Gendarmerie Royale relevant de la Commune de Sidi Bouzid, alertés qu’une embarcation artisanale avait chaviré et s’est retrouvée sur le rivage de la plage Harchane découlant de la Commune de Sidi L’Abed, se sont rendus sur les lieux et ont pu arrêter trois individus qui faisaient partie groupe d’une centaine de jeunes qui étaient à bord de l’embarcation et qui se sont échappés en se dispersant dans la nature à quelques minutes de l’arrivée des gendarmes.

L’embarcation de fortune d’une longueur de huit mètres et d’une largeur ne dépassant pas trois mètres aurait cédé sous le poids d’une centaine de migrants, et s’est retrouvée emportée par les vagues qui l’ont entraînée au bord de cette plage.

Les intervenants dans ce sauvetage ont dû sectionner l’embarcation en deux pour pouvoir la tirer à l’aide d’un tracteur.

Les trois suspects arrêtés, âgés entre 20 et 23 ans, sont originaires de My Bouselham aux environs de Kénitra. Ils ont été conduits au poste de la gendarmerie de Sidi Bouzid pour un interrogatoire et des procès-verbaux ont été établis dans le cadre des investigations judiciaires. Ils seront poursuivis en état de liberté selon les procédures en vigueur.

On peut dire que ce naufrage a tout de même constitué une chance pour ces jeunes qui auraient pu connaître un autre sort si l’embarcation avait abordé la houle du large où les vagues atteignent une hauteur dépassant les six mètres.

Cependant, la chance n’est pas toujours de mise quand on s’aventure à affronter l’immensité de l’océan. Malheureusement, tous ces jeunes qui quittent la terre ferme pour échapper à leur présent douloureux, à bord de ces embarcations de fortunes, confrontés au périls du large et à ses vagues impitoyables, tous leurs rêves s’envolent emportés par le danger imminent qui les guettent et n’espèrent plus rien que de sauver leur peau.

Par: Khadija Choukalii

 

Related posts

Leave a Comment