Par Driss Tahi

L’art et la culture , des moyens parmi d’autres dans le processus de la réinsertion des détenus dans la société après leur libération . C’est sous ce thème que la direction du pénitencier agricole EL Adir , et à sa tête son directeur Tarek Akharazi , en partenariat avec la direction provinciale de la culture, et l’université Chouaïb Doukkali, a organisé du 9 au 13 décembre comme chaque année, une semaine culturelle ,qui commémore la journée nationale du détenu qui coïncide avec celle internationale des droits de l’homme. L’événement avait débuté par le discours d’accueil de Khalid Lahrichi en sa qualité d’assistant social ,et sous directeur de l’institution pénitentiaire.

Le directeur Tarek Kharazi , quant à lui, et après avoir de son côté, souhaité la bienvenue aux invités, a remercié la direction de la culture à El Jadida, pour son engagement dans la réussite d’une manifestation pareille, qui revêt inéluctablement un caractère citoyen, dans la mesure où le rôle de la culture est à même de faciliter la réinsertion des détenus dans le tissu social. Le directeur de la culture et des sports à EL JADIDA, Aress Abderrahmane, prenant à son tour la parole, a souligné l’importance de cet événement, qui vient à l’occasion une fois par an , nous rappeler,disait il , qu’il y’a toute une population constituée dans l’ensemble de jeunes, se trouvant derrière les barreaux pour payer à la société le tribut de leurs erreurs, mais qui attendent de nous en tant que citoyens un intérêt particulier, et l’obligation ,de mener à bien, et de remplir notre mission à cet effet ,en tant que responsables , qui est celle de préparer dans les règles leur retour parmi nous , après qu’ils eurent purgé leur peine. Et ce , à travers tout un programme, qui prend en considération le côté culturel en tant que nécessité pour la réussite de leur réinsertion.

Une ambiance qui n’avait manifestement rien de carcéral , à l’ouverture de cette semaine culturelle, marquée par une parfaite organisation, tellement agréable, que durant un bon moment, nous avons eu l’impression que la fête se passait ailleurs que dans une prison , surtout au moment où la troupe populaire El Haloui invitée pour animer la cérémonie d’ouverture, a entamé l’une de ses chansons sur un rythme de la aita , enflamant le public des détenus, qui sans gêne, dans un émerveillement indescriptible, et sous l’oeil approbateur du directeur, des surveillants ,et des invités , ont envahi la piste pour danser, et exprimer ainsi à leur façon , leur repentir, et leur souhait de recouvrer leur place dans la société , représentée ici par plusieurs parties actives ,qui leur tendent la main, oeuvrant ainsi dans le sens de leur réinsertion en son sein , une fois qu’ils seront libérés. Le programme diversifié, et bien concocté par les responsables , contenait en plus de plusieurs représentations musicales, et divertissantes, un volet culturel , étalé sur une semaine, comprenant des lectures poétiques par des noms connus comme le grand poète Jdidi Saïd Etachfini, qui a été à l’occasion très applaudi .

D’autres manifestations animées par des universitaires ont eu lieu , dans le cadre d’un partenariat entre l’université d’El Jadida ,et la direction de l’institution pénitentiaire , ce qui témoigne de l’importance accordée à l’étudiant incarcéré de la part de plusieurs parties, notamment le corps universitaire , représenté par le doyen Khalil Belkhouja . La direction ,et les organisateurs ont tenu à ce propos, à l’implication des détenus lors de ces rencontres , par leur participation aux débats, à travers des échanges fructueux ,et directs avec les intervenants, invités pour animer ,ou présenter des exposés ayant une relation avec le monde carcéral, et surtout le problème crucial de la réinsertion , et l’importance qu’il est nécessaire de lui accorder, afin d’éviter le cercle vicieux de la récidive.


http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/12/tatal.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/12/tatal-150x150.jpgadminsJdidis à la UnePar Driss Tahi L'art et la culture , des moyens parmi d'autres dans le processus de la réinsertion des détenus dans la société après leur libération . C'est sous ce thème que la direction du pénitencier agricole EL Adir , et à sa tête son directeur...Source de L'information Fiable