jdi.souk0_-300x225(2)

Par: Khadija Choukaili

Depuis quelques jours, les services de contrôle de l’hygiène alimentaire ont procédé à la saisie et à l’incinération de 220 kg de viande avariée qui devait être servie aux citoyens dans un snack, et à l’arrestation du principal mis en cause.

Malheureusement, ces pratiques sont devenues monnaie courante un peu partout dans le secteur de la restauration.

Avec l’essor économique que connait la ville, la restauration rapide connait un développement sans précédent. La recherche du gain immédiat est devenue la devise pour ces restaurateurs d’un genre nouveau qui ne se préoccupe que du bénéfice récolté en fin de journée.

Le manque d’hygiène alimentaire dans les établissements de restauration est une problématique de santé publique connue mondialement.

Cependant, ce qui aggrave cette problématique à El Jadida, c’est le laisser-aller adopté par les services d’hygiène.

L’hygiène s’en trouve banalisée et le citoyen livré à lui-même, à ses risques et périls, en cas de problèmes de santé dans le cas d’une intoxication alimentaire.

Un petit détour par des snacks, des laiteries ou des restaurants au centre-ville suffit pour avoir une idée sur le niveau d’hygiène. Des sanitaires en mauvais état et mal aéré, un personnel non sensibilisé à l’hygiène, la vaisselle mal lavée, la chaîne de froid non respectée… Les exemples sont nombreux et font partie du quotidien de ces établissements.

 

On note un manque flagrant en matière de réglementation. D’après la loi organique n°113-14 relative aux communes, la préservation de l’hygiène est une compétence propre de la commune. Ce qui signifie qu’elle compte parmi les services communaux, tout comme le nettoiement, l’éclairage… Le cadre légal régissant ce secteur, est composé essentiellement de la loi n°28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires. Ce qui élargit le décalage existant entre ce qui est prévu par la législation et ce qui prévaut sur le terrain.

Le personnel chargé du contrôle d’hygiène fait défaut, ce qui accentue le risque de corruption des contrôleurs, face au laxisme des clients qui ne font pas de réclamation, et à des élus pour qui l’hygiène n’est pas une priorité.

Le phénomène de marchands ambulants de sandwichs que connait El Jadida constitue un réel problème aussi bien en matière d’hygiène qu’en matière de pollution.

Ces commerçants qui préparent leurs recettes douteuses en plein air, sont en totale effraction avec la loi et portent atteinte à l’ordre public par l’occupation de l’espace et par la pollution qu’ils causent.

Il est malheureux de se rendre à l’évidence et constater que si ces marchands se permettent ces égards c’est qu’ils y ont été autorisés par des moyens, avouons-le, peu orthodoxes.

Reconnaissons que, parmi tous ces gestionnaires à qui il revient de droit de veiller au respect des lois, plus personne ne se soucie de ce que la ville devient.

Seuls les citoyens continueront à se lamenter sur ce qu’il est advenu de la beauté et de l’esthétique du Deauville marocain.

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/01/JDI.SOUK-9.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/01/JDI.SOUK-9.jpg?resize=150%2C150adminsArrêt Sur ImagePar: Khadija Choukaili Depuis quelques jours, les services de contrôle de l’hygiène alimentaire ont procédé à la saisie et à l’incinération de 220 kg de viande avariée qui devait être servie aux citoyens dans un snack, et à l’arrestation du principal mis en cause. Malheureusement, ces pratiques sont devenues monnaie courante...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires