El Jadida : l’hôpital provincial, les dysfonctionnements continuent.

La réalisation de l’hôpital provincial Mohammed V sur une superficie de 10 hectares, dont une superficie couverte de 29.000 m2, et disposant d’une infrastructure et un équipement de pointe répondant aux normes internationales, avait donné tant d’espoir aux jdidis, qui ont vu en ce projet grandiose, la fin de leur calvaire et de leurs interminables déplacements à Casablanca pour le moindre petit pépin de santé.

Ouvert le 18/12/2013 flambant neuf, l’édification de cet établissement d’une capacité litière  de 430 lits avait coûté un budget de 320 millions de Dirhams.

Malheureusement, et près de huit ans après sa mise en œuvre, les dysfonctionnements au niveau de plusieurs services sont flagrants, si bien que l’on ressent que son système de fonctionnement est à bout de souffle, et que malgré tout l’investissement qu’il a engendré, les prestations qu’il offre sont en deçà des attentes des citoyens.

Les patients ne cessent de se plaindre des files d’attente interminables dues au manque flagrant en ressources humaines, médicales et paramédicales, particulièrement en personnel soignant, mais également en appareils médicaux et médicaments insuffisants, et en équipement radiologique souvent en panne.

Il faut noter qu’une mauvaise gestion nuit aussi bien aux malades qu’au personnel de santé.

L’hôpital provincial de la capitale des doukkalas, bien que récent, affiche, aujourd’hui, une situation inquiétante, accentuée par la crise sanitaire. Un état de fait qui devrait pousser les acteurs du secteur médical à tirer la sonnette d’alarme.

Ces dysfonctionnements se ressentent également au niveau organisationnel, de gestion et de maintenance, qui se constate par un éclairage insuffisant, un vacarme dans l’enceinte de l’hôpital, dû aux nombre important de véhicules, sans parler de la pollution que ces derniers engendrent.

Il faut signaler également que l’absence de mise en place de programmes forts en matière de maintenance des équipements médicaux, aboutit nécessairement à des pannes de machines telles que scanner, appareils radiologiques qui sont très fréquentes, vu la forte demande et le nombre important de patients.

Des dysfonctionnements qui entravent la bonne marche de l’hôpital qui dessert toute la province et auxquels il est urgent de remédier.

Khadija Choukaili

Related posts

Leave a Comment