cine

Par Driss Tahi

Le rideau est tombé sur la huitième édition des :

 » journées cinématographiques des Doukala  » au théâtre Mohamed Saïd Afifi

Dans une cérémonie d’ouverture et de clôture avec tambour et trompette , en présence du directeur de la culture et de communication M. Abderrahmane Aress , et de quelques invités de marque ; écrivains ,plasticiens , hommes de théâtre, dont le cinéaste Hamid Bennani, l’acteur et réalisateur Hamid Basket, l’acteur Benaissa Jirari, le calligraphe Mohamed Karmad , et le musicien compositeur Mohamed Riday qui a offert avec sa chorale au public une agréable prestation en musique et en chansons .

A cette occasion cinq hommages ont été rendus par les organisateurs , à des artistes connus du public ,en reconnaissance de leur apport et pour leur contribution à la mise en avant de la culture, à travers le théâtre ,le cinéma, la musique ,et la calligraphie …

Feu JELBI homme de théâtre

Feu lebbat calligraphe

Hamid Bennani cinéaste

Mohamed Riday musicien compositeurcine1

Benaissa JIRARI acteur

Au théâtre Mohamed Saïd Afifi , devant des fans venus voir de près ,et applaudir des figures connues au cinéma , et à la télé , des louanges à l’adresse des artistes ont été lues par:

Abdelmjid Nejdi pour honorer l’homme de théâtre feu Mustapha JELBI

Abderrahmane Aress pour saluer la mémoire du défunt Lebbat en présence de sa veuve.

Par Hamid Basket en faveur du cinéaste Hamid Bennani , un des pionniers du cinéma marocain.

Un discours lu par le poète Said Etachfini en hommage au talentueux musicien compositeur Mohamed Riday.

Et par Khalid Khoudari , des éloges à l’égard de l’acteur Benaissa JIRARI.

Plusieurs films ont été projetés durant ces journées cinématographiques des Doukala :

 » la prière de l’absent  » « Wechma  »

 » l’enfant cheikh  »  » la nuit ardente  » de Hamid Bennani .

« Un coup sur la tête  » « affame ton chien » de Hicham lasri .

« Adour  » de Ahmed Bidou

« La danse de l’araignée  » de Rabiî Jawhari.

cine3Par ailleurs, et toujours dans le cadre des « journées cinématographiques des Doukala  » trois masterclass sur le cinéma eurent lieu au théâtre de la cité portugaise, la première dirigée par le directeur du festival Khalid Khoudari, Hamid Bennani et le chercheur universitaire Mohamed Lachgar, en présence de journalistes, étudiants ,et de plusieurs amateurs du 7eme ART, des échanges fructueux entre les intervenants ont marqué la rencontre.

Dans une intervention éloquente le réalisateur Hamid Basket a mis l’accent sur certains des problèmes rencontrés par les cinéastes surtout débutants , et qui menacent par leur gravité la créativité dans le secteur , notamment le problème de la distribution, et le monopole absolu imposé à cet effet par certaines parties .

La disparition de salles de cinéma dans la ville d’El Jadida , ainsi que cine2le manque d’intérêt des jeunes pour le 7eme ART ont aussi été soulevés, et débattus.

A la question concernant l’absence de femmes réalisatrices, actrices ou autres opérant dans le monde du cinéma parmi les invités , Khalid Khoudari a répondu : nous avons essayé , et que leur empêchement de répondre à l’invitation, est tout simplement une question de contrainte d’agenda …

Même son de cloches à propos de la faible audience qui a marqué cette édition , qui aurait pu attirer un grand nombre d’intellectuels, dans une ville qui abrite une université de la taille de « Chouaïb Doukkali  » , et que le problème selon beaucoup de gens est due à un manque de communication.

La deuxième masterclass concernait la calligraphie arabe, animée par le grand et talentueux Karmad ,et qui a connu une grande affluence des jeunes.cine4

Une troisième masterclass a eu lieu toujours au théâtre de la cité portugaise autour du cinéma animée par l’acteur Benaissa JIRARI,

A la galerie Chaâibia Talal au coeur de la cité portugaise, une exposition a eu lieu regroupant sous le thème du cinéma plusieurs plasticiens et calligraphes ; Mohamed Karmad, Abdelkader Kamal, Zhour Maanani, Moujib , Abdelkader Badou, Larbi lahlal…toujours dans le cadre des  » journées cinématographiques des Doukala  »

La présence à cette huitième édition de noms emblématiques du cinéma comme Hamid Bennani , Hamid Basket , et Benaissa JIRARI ,parmi les invités aurait pu donner plus d’éclat à l’événement, et par conséquent drainer plus de monde aux spectacles et aux cérémonies de ces « journées cinématographiques des Doukala » , si certaines erreurs commises durant l’édition précédente avaient été évitées ,et si certains détails étaient pris avec plus d’attention et de soin , notamment le problème de la sonorisation qui laissait à désirer, et le manque d’expérience des présentateurs…à l’origine des problèmes d’enchaînements remarqués par beaucoup d’observateurs , et de spectateurs.

PS/Nos deux dernières photos montrent Driss Tahi avec respectivement Hamid Benani et Hamid Basket

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/11/cine.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/11/cine.jpg?resize=150%2C150adminsArt & CulturePar Driss Tahi Le rideau est tombé sur la huitième édition des : ' journées cinématographiques des Doukala ' au théâtre Mohamed Saïd Afifi Dans une cérémonie d'ouverture et de clôture avec tambour et trompette , en présence du directeur de la culture et de communication M. Abderrahmane Aress , et de...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires