El Jadida : Les abattoirs dans la province… insalubrité encore et toujours

La nouvelle de la fermeture de certains abattoirs de la province, il y de cela plus d’une année avait provoqué de vives réactions, suite à l’annonce par l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA), que cette décision avait été prise en concertation avec le Service Vétérinaire Régional d’El Jadida qui avait décidé de cesser tout contrôle vétérinaire d’hygiène des viandes au niveau des certains abattoirs communaux pour non-conformité aux normes en vigueur, et dont celui de Commune d’El Jadida qui date du temps de protectorat vient en tête de liste.

Les négociations avaient abouti au réaménagement de certains abattoirs pour qu’ils répondent aux normes en vigueur.

Cependant, on constate que la situation ne s’est pas améliorée, car leur remise à niveau tarde à voir le jour.

Il est vrai que certaines résolutions ont été prises pour pallier aux problèmes posés dans ce secteur et lutter contre l’abattage clandestin, et certains éleveurs, encouragés par les mesures prises par les responsables de l’abattoir de Sidi Smail, se sont décidés à y avoir recours, incités par l’exonération des frais de transport.

Pour rappel, l’abattoir de Sidi Smail, répond aux normes internationales en termes d’abattage, de découpe de viande, de respect de la chaine de froid et de toutes les règles d’hygiène en mesure de préserver la qualité de la viande.

Cependant la capitale des doukkalas continue de souffrir de l’état de dégradation inimaginable de cet abattoir séculaire où aucune mesure n’a été prise par les autorités pour lutter contre l’insalubrité qui y règne. L’abattage s’y déroule sans aucun respect des règles d’hygiène, et puanteur et souillure y sont les maîtres mots et nul ne semblent se soucier des conséquences de cette insalubrité sur la santé du consommateur, qui est encore et toujours, reléguée au second plan.

Dire que cet abattoir date du temps du protectorat et que les autorités ne daignent même pas le réaménager !

Faudra-t-il attendre son effondrement pour que les gestionnaires de la chose publique se secouent et pensent à son remplacement ?

A quand le réveil des consciences pour prendre au sérieux la santé des citoyens, et se décider à prendre les mesures qui s’imposent pour améliorer ce secteur ?

El jadida scoop

Related posts

Leave a Comment