On a beaucoup entendu parler ces derniers jours du skimming.

Cette nouvelle technique de piratage des cartes bancaires qui inquiète, à juste titre, aussi bien les autorités que les citoyens.

Il s’agit d’une nouvelle technique de vol à partir des guichets automatiques des banques, qui commence à se répandre dans plusieurs villes du Royaume, mais qui a, hélas, débuté dans les distributeurs automatiques de banques d’El Jadida.

Focus sur cette pratique malveillante qui a débarqué au Maroc et qui déferle la chronique depuis quelques semaines.

En effet, il y a quelques mois, des incidents de vols électroniques, au niveau de guichets automatiques, ont été signalés dans la ville. Certaines rumeurs faisaient état que ces piratages, effectués par de parfaits skimmers, ont été le fait de certains individus d’origine subsaharienne, ou originaires de la région de Khouribga. Une région où certains ont la réputation de détenir des techniques très avancées en matière de fraude, particulièrement dans le domaine de la monétique.

Pour rappel, le  skimming est une activité frauduleuse qui a fait son apparition dans d’autres pays en 2000. Elle consiste à pirater des cartes bancaires, notamment depuis les guichets automatiques des banques. Ces cartes sont dupliquées pour être utilisées afin de débiter les comptes bancaires des malchanceux qui sont tombés dans les filets de ces fraudeurs.

Le skimming est une pratique basée sur le piratage et le clonage de cartes bancaires. Il s’effectue surtout à partir des guichets automatiques de banque (GAB), trafiqués pour l’occasion.

Il faut savoir que pour pirater et cloner une carte bancaire, un « skimmer » a besoin des données stockées sur la carte (coordonnées bancaires) et du code personnel à 4 chiffres qui représente la clé d’accès au compte bancaire. Ces informations sont récupérées à partir des guichets automatiques, puis modifiées par le skimmer.

Ce dernier procède au remplacement du lecteur de cartes par un dispositif pirate, et la fente censée accueillir la carte bancaire n’est plus celle du distributeur de la banque, mais celle conçue par le pirate. Elle est reliée à un téléphone, qui reçoit en temps réel les coordonnées bancaires des cartes. Et pour obtenir le code à 4 chiffres, une caméra de surveillance est installée et est généralement cachée au niveau du plafonnier du distributeur. Certains skimmers utilisent également de faux claviers numériques, posés par-dessus le clavier original, qui transmettent à distance les codes saisis par les utilisateurs.

Fort heureusement, la réaction de Bank Al-Maghrib ne s’est pas fait attendre et une note d’alerte a été adressée à l’ensemble des banques, leur demandant de prendre les mesures qui s’imposent, pour faire face à cette fraude monétique appelée « skimming » qui touche les guichets automatiques bancaires et qui fait état de dispositifs collés sur les GAB et qui permettent de pirater les données monétiques des clients. Il faut reconnaître que la technologie, avec tout ce qu’elle offre comme moyens de facilité et de gain en temps, a tout de même, un revers de médaille, celui de servir également les fraudeurs et faciliter leurs tâches douteuses.

http://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/12/guichet-638x1024.jpghttp://eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2019/12/guichet-150x150.jpgadminsRadar Sur El JadidaOn a beaucoup entendu parler ces derniers jours du skimming. Cette nouvelle technique de piratage des cartes bancaires qui inquiète, à juste titre, aussi bien les autorités que les citoyens. Il s’agit d’une nouvelle technique de vol à partir des guichets automatiques des banques, qui commence à se répandre dans plusieurs villes du Royaume, mais...Source de L'information Fiable