El Jadida: Le projet de la nouvelle gare routière s’éternise

33%33645_eco_07-01-2014_p11.qxp

ELJADIDASCOOP

Véritable casse-tête pour les autorités locales, le projet de construction de la nouvelle gare routière de la ville d’El Jadida, qui traîne depuis près de 30 ans, n’est pas près de voir le jour. Le site de l’actuelle gare, véritable point noir, est devenu inadapté et occasionne d’importants engorgements dans le centre-ville. Celle-ci, sise boulevard Mohammed V, s’étend sur 5.570 m2. Les chauffeurs d’autocar effectuent des manœuvres acrobatiques, zigzaguant dans un espace exigu et à travers des ruelles squattées par un nombre impressionnant de grands taxis. Les responsables s’accordent à dire que le transfert de la gare routière est devenu réellement urgent. Pourtant, le projet, lancé en 1987, tarde à se concrétiser et traîne encore. À l’époque, la société qui gérait la gare avait procédé à l’acquisition d’un terrain de 4 ha au niveau de l’avenue Jabrane Khalil Jabrane, près de l’université Chouaïb Doukkali. Le site a même été homologué par le nouveau plan d’aménagement de la commune. La gare est gérée par une société anonyme avec comme actionnaire la municipalité d’El Jadida qui en détient 48% des parts. Pour sa part, la SNTL (Société nationale de transport et de logistique) est présente dans le tour de table avec 28%, alors que la quote-part des transporteurs est de 24%. Pour éponger ses dettes, une partie des terrains, acquise pour le projet de la nouvelle gare et d’une superficie de 9.890 m2, a été vendue pour 4,5 MDH. Cela a permis d’obtenir la mainlevée auprès des services des impôts.

Arrêté municipal d’expropriation, le parcours du combattant

La situation de la gare routière s’est ainsi assainie; de déficitaire, elle est même devenue bénéficiaire. À une certaine époque, la SNTL avait proposé l’acquisition des autres parts de la société avec comme objectif un projet de gare très moderne. Les membres de la municipalité s’étaient opposés au projet. Les convoitises pour l’appropriation des terrains de l’actuelle gare sont trop grandes, est-il expliqué. La superficie restante pour le projet de la nouvelle gare est actuellement -et idéalement- située près du nouvel hôpital provincial. Mais pour parachever le site du projet, le parcours pour l’acquisition des parcelles restantes, comme délimitées par le plan d’aménagement, a quelque chose de celui du combattant. Ces parcelles sont majoritairement des propriétés privées avec parfois de nombreux héritiers. Un arrêté municipal pour l’expropriation des terrains a bien été promulgué récemment, et une commission d’évaluation des différentes propriétés est actuellement en cours de constitution. Cependant, la route est encore longue. Une chose est sûre: le projet de construction de la nouvelle gare n’est pas près de voir le jour. «La seule solution est de trouver de nouveaux terrains appropriés dans un autre site et d’adopter une dérogation au plan d’aménagement afin de vendre l’actuel terrain acquis par la société de la gare pour en faire une zone d’habitat», est-il suggéré.

 

Related posts

Leave a Comment