MOMO 1

 

Par Driss Tahi

 

Entre les virées avec les copains de classe dans les ruelles étroites de Derb Bendriss ou celles de la cité portugaise , les matches de football sur la plage Deauville, ou les fameuses trempettes dans les eaux profondes du môle au port d’El Jadida , et plus tard l’exercice dans les salles des hôpitaux à Bruxelles, beaucoup d’eau a coulé depuis sous le pont.

Des efforts considérables ont été fournis par le jeune Mehdi Talib qui n’eut assurément d’autres choix pour y arriver que le sérieux et l’abnégation , dans un monde Européen qui ne reconnaît et n’accepte que les meilleurs.

 

Aujourd’hui, Il est médecin spécialiste, exerçant à Bruxelles, jeune, mince grand de taille, bel homme, artiste musicien et sportif…tout ce qu’il faut pour séduire.

Non détrompez vous, ce n’est pas le héros d’une série télévisée, célibataire, habillé à la dernière mode, avec une voiture de sport dernier cri et tout le reste…

C’est tout simplement Mehdi Talib ,un marocain Jdidi, modeste par dessus tout , père de famille , serviable , souriant malgré ses occupations , et toutes les contraintes auxquelles il est sans cesse confronté , dans une profession comme la sienne…la médecine , où l’on manque généralement de temps .. .

L’homme trouva toujours pourtant la possibilité de vivre dans un parfait équilibre social en donnant généreusement à son entourage tout ce qu’il pouvait, et en partageant avec les autres tout ce qu’il a pu arracher à la vie, au prix de tant de sacrifices.

Un homme qui n ‘a pas connu que des facilités, depuis ses débuts d’ailleurs ; à commencer par le milieu modeste où il évolua, dans une famille nombreuse, soutenue par un oncle, en l’absence d’un père militant socialiste, acculé à l’exile en Europe pour éviter le pire durant les années de plomb au Maroc, ou le moindre doute sur le comportement de quelqu’un fut alors prétexte à toutes les exactions possibles et imaginaires.

C’est dans une petite ville où rien ne fut facile à obtenir à EL Jadida, que Mehdi décrocha son bac. Et le décollage pour d’autres horizons dans ces années, relevait du rêve, parfois de l’impossible, surtout pour les moins nantis.

Vinrent après les années dures comme étudiant en médecine à Strasbourg , puisqu’il fallait trimer pour réussir au sein d’une société où il n’était pas toujours facile de s’adapter , encore moins de se faire une place , dans une ambiance et une culture différentes à la sienne.

Puis ce fut la difficile période de spécialisation à Bruxelles ; parcours normal pour certains, mais pas évident pour la plupart, dans la mesure où il était obligé de travailler en même temps pour pouvoir manger et payer ses frais de séjour.

Etudiant, travailleur sérieux, acharné, et déterminé, sachant parfaitement, et depuis le début ce qu’il voulait, et conscient de la responsabilité et le rôle qui l’attendaient… il s’installa à la fin de ses études en Belgique où il mena depuis une brillante carrière de médecin spécialisé.

Pourtant la réussite ne l’avait jamais empêché de se livrer régulièrement à sa passion de musicien compositeur au milieu d’un programme chargé qui absorbait tout son temps .

Comment pouvait il arriver à égrener quelques notes, encore moins à écrire , composer et enregistrer des chansons . Pourtant il réussit à sortir quand même cinq chansons dont deux sur l’équipe nationale marocaine de football : les Lions de l’Atlas 2018 interprétée par Saida Charaf sur ses propres paroles, et une autre sur la formation belge des Diables Rouges.

Puis une autre sur le mois sacré de Ramadan ; un poème de SAÏD ETTACHFINI , interprétée par le jeune chanteur marocain Mohcine Salah Edine.

 

Par ailleurs, Mehdi Talib qui avait ajouté depuis son installation en Belgique une corde à son arc en prenant des cours de cinéma – son autre passion – dans une école américaine, pense sérieusement tenter sa première expérience dans la réalisation ;

Lors de ses dernières vacances au Maroc il était question d’un projet de film avec le comédien connu Hicham Bahloul , un autre Jdidi. Une affaire à suivre…

http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/09/MOMO.jpg?fit=1024%2C1024http://i2.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2018/09/MOMO.jpg?resize=150%2C150adminsJdidis à la Une    Par Driss Tahi   Entre les virées avec les copains de classe dans les ruelles étroites de Derb Bendriss ou celles de la cité portugaise , les matches de football sur la plage Deauville, ou les fameuses trempettes dans les eaux profondes du môle au port d'El Jadida , et plus...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires