anarchie 2

Par Azzedine Hnyen

Il apparaît que la réaction et la détermination des autorités provinciales et locales n’ont pas eu d’impacts récalcitrants des marchands ambulants et, plus particulièrement, des « ferrachas » qui s’accaparent de superficies, plus ou moins, assez consistantes, dans des coins stratégiques de la ville, pour étaler leurs différentes marchandises en légumes, fruits et, comble du malheur, en sardines.

L’exemple édifiant nous provient des marchands ambulants ou, plutôt, de certains petits « baron » de ce commerce informel au quartier dit Melk Cheikh dans le 4ème arrondissement urbain.

Voilà qu’après une très violente tempête des autorités locales dans ce lieu et dans les environs, transformés en « souika » où l’on trouvait un peu de tout, ait eu raison de ces réfractaires, voilà que certains d’entre eux, se croyant être au-dessus de tous pour s’être« acquis » le silence des officiels, refont surface pour se repositionner dans leurs lieux de prédilection. Le meneur ou l’instigateur ou tout ce qu’on peut dire de ce désordre est fiché et répertorié chez les autorités locales du 4ème comme d’autres de ses semblables, dans les autres arrondissements, pour être la tête pensante et l’intermédiaire entre ces ferrachas et des personnalités influentes qui plaident leurs causes illégales. Ces petits barons à la noix n’hésitent plus à braver les lois en vigueur. Rien que pour avoir « mis » dans leurs « poches » certains des officiels de l’autorité.

La situation risque de se répandre, de nouveau, pour voir tous les efforts déployés dans la lutte de ce fléau tomber à l’eau. Ces messieurs croient que ces campagnes ressemblent aux précédentes d’un temps révolu. Après l’accalmie, les ferrachas reprenaient place tranquillement sans n’être plus inquiétés.

Ce comportement est enregistré dans d’autres localités de la ville. Notamment à El Ghazwa , Hay Salam et ailleurs. Mais les autorités locales, l’on croit savoir, sont décidées à refaire le ménage, cette fois-ci, virulemment. L’on ne doute pas un moment. Car la lutte contre l’occupation du domaine public est une décision irréversible.

Seulement, on ne pourrait tolérer de tels coups de tête de ces inconscients « envahisseurs » nuisant aux droits civiques des populations et à l’esthétique de la cité. On ne pourrait, non plus, tolérer que cette heureuse initiative de Mr le gouverneur soit retardée, à chaque fois,  par la cupidité de ces gens et par celle de leurs protecteurs. Un plan préventif est souhaitable. Des équipes de vigilance, composées d’éléments des Forces auxiliaires, s’occuperaient de faire des rondes dans les lieux libérés. Ces éléments font partie de ce désordre régnant dans la ville. Pour une fois, ils doivent assumer leurs responsabilités à défendre l’espace public auquel ils avaient contribué, largement,  à son occupation.

anarchie 1

http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/anarchie-2.jpg?fit=1024%2C1024http://i0.wp.com/eljadidascoop.com/wp-content/uploads/2017/09/anarchie-2.jpg?resize=150%2C150adminsArrêt Sur ImagePar Azzedine Hnyen Il apparaît que la réaction et la détermination des autorités provinciales et locales n'ont pas eu d’impacts récalcitrants des marchands ambulants et, plus particulièrement, des « ferrachas » qui s’accaparent de superficies, plus ou moins, assez consistantes, dans des coins stratégiques de la ville, pour étaler leurs différentes...Source de L'information Fiable

Commentaires

commentaires